A.I.L.E.S

Des femmes chrétiennes engagées

COPIER COLLER ? 

Ephésiens 4.7 BDS : Cependant, chacun de nous a reçu la grâce de Dieu selon la part que Christ lui donne dans son œuvre.

Je suis très émerveillée par l’intelligence de l’homme, par les différentes inventions, par la capacité à créer et façonner des objets,  des programmes informatiques, des robots… 

Avez-vous déjà entendu parler de l’intelligence artificielle ? L’intelligence artificielle vient pour faciliter la vie de l’homme. Des robots sont fabriqués, par l’homme, pour faciliter les tâches répétitives effectuées par l’Homme. Ces robots sont façonnés de manière à faire un très bon travail et minimiser les marges d’erreurs, sans se fatiguer. Waouh, n’est ce pas merveilleux ! 

Si l’homme qui a été façonné par Dieu peut faire toutes ces choses. Qu’en est-il du créateur Lui-même ? Là n’est pas l’objet de notre réflexion du jour ; ceci est juste pour nous emmener à réaliser que notre Dieu est le Créateur de créatures merveilleuses. 

Cependant, les créatures merveilleuses que nous sommes, sont uniques. Seulement, il n’est pas rare de constater que chacune veut ressembler à une autre et vice versa ; allant même jusqu’à faire du « copier coller ». 

Très chères merveilleuses créatures de l’Eternel, nous ne sommes pas des dessins pour que chacune soit calquée à l’image de l’autre. Nous sommes des personnes uniques, avec chacune des qualités qui viennent de Dieu. 

Précédemment, nous parlions du service de Dieu. Eh, oui, à chacune il a donné des talents selon le service auquel il nous appelle. Nous devrions l’intégrer dans notre manière d’agir et  de faire. Et même s’il arrive que certaines soient appelées à exercer le même service, elles ne le feront jamais de la même manière. Surtout à ce niveau, il y a deux pièges à éviter: la comparaison et la compétition. Christ n’est pas divisé, en Lui,  nous sommes un et complémentaire. 

Comparer: c’est entrer dans le piège de l’orgueil et même remettre en cause la souveraineté de Dieu , puisque c’est Lui qui donne les talents. 
Compétir dans ce contexte, c’est chercher à diviser et ne pas accepter  la complémentarité. Cela ouvre une porte à la convoitise et la concurrence. Ce ne sont pas les valeurs du Royaume.

Réjouissons nous d’être uniques. Creusons dans l’intimité avec le Saint-Esprit pour qu’Il nous révèle notre véritable identité unique. Tu es précieuse aux yeux du Créateur telle que tu es. 

Sois encouragée à être toi. Tu es unique. 

Joviale et allègre journée.

Grace – Congo

Sous Ses ailes

Psaumes 91.4 – Il te couvrira de ses plumes, Et tu trouveras un refuge sous ses ailes ; Sa fidélité est un bouclier et une cuirasse.

Dans une autre version, Il nous dit que Sa vérité nous protègera.

Je pense que ce besoin de se sentir en sécurité est un des besoins fondamentaux que nous avons, avec le fait d’être aimée, reconnue, adoptée.

Pas toujours facile si on a eu un père exigeant, qui malgré son amour, on pouvait avoir l’impression de ne pas être à la hauteur, de le décevoir.

Et hier, sur mon chemin, j’ai trouvé un petit oiseau, tombé du nid, alors j’ai essayé de le mettre en hauteur, et à chaque fois il redescendait, mais il n’était pas capable de voler encore, j’ai dû le laisser à contre cœur, car je ne sais pas si une maman oiseau est capable de le porter dans son bec comme le font les mamans chattes.

Alors, j’ai pensé que Dieu, Lui, savait nous garder sous ses Ailes, nous y remettre lorsque nous sommes en danger. Je vois l’expérience de David, même si cela fait partie des livres poétiques, et qu’il exprime ce qu’il a sur son cœur, il est toujours secouru, il a cette confiance dans son Dieu, que sa délivrance, malgré toutes les épreuves qu’il a traversées, le rejet, la trahison, la guerre, est toujours la fin ultime.

Alors, je crois que Dieu ne nous demande pas de souffrir au-delà de nos limites, et comme le disait Fannie dans son dernier message, il ne veut pas être un fardeau pour nous, nous ne pouvons vivre par Lui que dans le lâcher prise, dans ses promesses, et combien nous trouvons du réconfort dans les psaumes de David, là où nos faiblesses, nos manquements, nos émotions, nos craintes nous font obstacles quand nous voulons pratiquer le bien.

Et pourtant nous trouvons tellement de réconfort dans le psaume 91. Dieu nous assure de sa fidélité, de sa protection contre toutes sortes de maladies, des terreurs qui peuvent venir la nuit, des flèches de l’ennemi qui tirent sur nous le jour. Il nous promet Son repos si nous restons auprès de lui.

Je pense que nous devons avoir cette image mentale de la cuirasse pour bien comprendre que c’est quelque chose de très solide, c’est ce que les soldats romains mettaient lorsqu’ils allaient en guerre. C’est quelque chose qui protège contre les armes, flèches, épées, elle protège notre foi, notre justice, notre identité, et Dieu nous connait parfaitement, il précède nos moments de vulnérabilité, de fatigue, mais il dit aussi que si nous nous confions en Lui, il est notre forteresse, et nous connaitrons des moments de joie, nous pourrons le servir à l’aise, et connaitre cette intimité. Aspirons à cela aujourd’hui.

Corinne – France

Lâcher-prise

Esaïe 50.5 – Le Seigneur, l’Eternel, m’a ouvert l’oreille, Et je n’ai point résisté, Je ne me suis point retiré en arrière.


Il y a des tensions dans nos vies que sont dues au fait que nous refusons de lâcher-prise.

Imaginez un instant une corde. D’un côté, une personne qui tient la corde et de l’autre, une autre personne qui tient la corde. Chacun tire la corde de son côté. Cela crée une tension sur la corde.

Telle cette corde, notre être peut subir des tensions car nous sommes tiraillées. Nous voulons que cela aille dans notre sens. Nous résistons.

Jésus nous dit dans sa Parole : « Celui qui voudra conserver sa vie la perdra mais que celui qui la perdra à cause de moi la retrouvera » (Matthieu 10.39).

On imagine souvent en lisant ce passage un temps de persécution. Etre capable de perdre sa vie pour Jésus en ne reniant pas sa foi.

Si ce passage des Ecritures peut se lire ainsi, il m’amène également à penser que je dois perdre pour gagner. Je dois mourir pour vivre. Mourir à mes propres ambitions, mourir à mon Moi, ne pas résister.

Chacune d’entre nous ne sera pas forcément confrontée à la persécution, mais il va sans dire que chacune d’entre devra s’abandonner, devra mourir à son Moi et ce sera une décision de chaque jour.

Luc 6.31 nous dit : « Ce que vous voulez que les hommes fassent pour vous, faites-le de même pour eux ». Ce verset nous amère aux antipodes de notre nombril et de notre nature égoïste.

Allons-nous enfin accepter de lâcher-prise et de mourir pour vivre, vivre réellement la vie que notre Dieu a prévue depuis toute éternité ?

Bonne réflexion.

Corinne – EZ37M

L’instant Sylvie

Faites-vous confiance au temps ?

Psaumes 34.18 (34.19) L’Eternel est près de ceux qui ont le cœur brisé, Et Il sauve ceux qui ont l’esprit dans l’abattement.

Apprenez simplement à faire confiance au temps, tôt ou tard il vous aidera à guérir les blessures de la vie.

Je suppose que vous avez déjà entendu ce genre de propos.

Malheureusement, le temps n’aide pas à la guérison d’un cœur blessé.

Un geste, une senteur, une parole peuvent d’un coup faire remonter à la surface cette souffrance qui a traversé les temps. Et oui, les blessures résistent aux temps. Elles semblent parfois s’estomper mais elles sont toujours bien présentes.

Certaines diront, c’est comme cela, c’est la vie, il faut faire avec !

Heureusement, rien n’est plus faux. Nous pouvons vivre sans ces blessures qui nous font agir ou réagir.

Nous pouvons définitivement être débarrassées de cette souffrance. C’est possible !

Personnellement, je ne fais pas confiance au temps mais à Jésus qui Lui est venu pour guérir les cœurs brisés. A la croix de Golgotha, Il a tout supporté pour que nous puissions vivre cette guérison. Son cœur a littéralement explosé pour que le nôtre soit restauré.

Pour de nombreuses personnes, cela paraît trop simple, et pourtant ! Rien de compliqué avec le Seigneur, juste croire qu’Il est vivant et qu’aujourd’hui encore, Il peut et veut vous guérir, vous panser.

Depuis combien de temps n’as-tu pas accepté d’être aimée ?
Depuis combien de temps n’as-tu pas accordé ta confiance ?
Depuis combien de temps, par peur du rejet et d’être à nouveau blessée, tu te renfermes dans ta coquille et tu évites toutes nouvelles relations même amicales.

J’aimerais que nous prenions un instant de réflexion et que nous nous posions ces questions.

L’ennemi est le père du mensonge et c’est lui qui t’enferme dans cet isolement et te fait croire qu’ainsi tu te protèges.

Aujourd’hui, c’est le temps, oui le temps pour toi de sortir de cet état de souffrance, de cette caverne et d’accepter de recevoir la pleine guérison.
Ouvre ton cœur. Laisse le consolateur, le Saint-Esprit, faire une œuvre profonde de guérison en toi.

Lâche prise, abandonne-toi à Dieu et en Dieu. Viens te perdre dans son amour et tu retrouveras une pleine liberté d’aimer et d’être aimée.

Que Dieu te bénisse en abondance.

Avec toute mon affection.

Corinne – EZ37M

L’instant Dominique

Soyez bénie.

Servir Dieu, oui mais … pas n’importe comment !

Luc 14.28 – Car, lequel de vous, s’il veut bâtir une tour, ne s’assied d’abord pour calculer la dépense et voir s’il a de quoi la terminer.

Servir Dieu demande un investissement. Il y a un prix à payer.  Cependant, pour accepter de payer un prix, il faut en priorité en réaliser l’enjeu.

Dans notre verset cité plus haut, le Seigneur nous encourage, avant de commencer à œuvrer pour construire, de nous asseoir, de réfléchir, et je rajouterai de se placer devant Dieu. De compter le coût que cela aura pour notre vie qu’il soit en temps, en renoncement, en argent… Car oui, il y aura un coût et parfois très élevé et si nous n’avons pas sous-pesé cela avant de commencer, nous risquons de ne pas terminer.

Qu’il est bon de trouver de véritables compagnons d’œuvre qui ont calculé la dépense et qui sont prêts à payer le prix car ils ont compris le véritable enjeu. Des serviteurs ayant du courage, de la détermination, des serviteurs qui connaissent leur place dans l’armée de Dieu. Bien sûr, nous pouvons servir Dieu en faisant moultes choses, moultes services mais je doute fort que nous sachions pleinement œuvrer avec efficacité et avec responsabilité en faisant un peu de tout sans avoir pris le temps de calculer chaque service dans lequel nous nous sommes investis.

Je dis souvent, quand le diable ne peut pas nous freiner, il nous pousse. C’est ainsi que d’une part, nous trouvons des personnes tiraillées dans tout un tas de services, étant en fait dans de l’activisme plus que dans le réel service de Dieu et d’autre part, des personnes que l’ennemi a tellement réussi à freiner, qu’elles ne veulent s’engager en rien, trouvant toujours des excuses pour ne pas se lever.

Soyons des enfants de Dieu qui courons, non pas comme à l’aventure, et frappant, non pas comme battant l’air (1 Corinthiens 9.26).

Mes amies, vous n’êtes pas le fruit du hasard, quand Dieu vous a conçues dans le ventre de votre maman, Il avait déjà prévu des plans pour votre vie, Il connaissait déjà l’appel qu’il placerait sur votre vie. Ne passez plus à côté de celui-ci. Placez-vous devant Dieu, écoutez-Le vous donner votre ordre de mission. Quand celui-ci-vous est donné, décidez d’abandonner les sphères de services qui ne correspondent pas à cette mission puis asseyez-vous et calculez la dépense pour entrer pleinement dans votre appel. Ensuite, quand vous aurez accepté le prix à payer, levez-vous !

Que le Seigneur vous parle.

Corinne – EZ37M

Invoque-moi au jour de la détresse

« Et invoque-moi au jour de la détresse ; Je te délivrerai, et tu me glorifieras ». Psaumes 50.15

Cette crise sanitaire pour certaines, les a ramenées à l’essentiel, à l’essence même de leur existence.  Reconnaître qu’elles sont nées de Dieu et qu’elles ne s’appartiennent plus à elles-mêmes. Ce constat a ébranlé bien des consciences. Beaucoup de celles qui se croyaient debout sont tombées (1 Corinthiens 10.12). Tombées devant la réalité de leur état, de leur situation donc de leur vie. Voir que leur cœur était plus attaché au monde, à leur vie quotidienne qu’à Dieu. Très dur constat. Le travail, la famille, les loisirs, le ministère et bien d’autres choses, d’autres personnes ont pris une place plus importante que Dieu dans leur vie sans jamais vraiment en être consciente malgré les différents signes reçus. Mais cette crise sanitaire est venu mettre tout à la lumière. Cet attachement aux choses de la terre et non à celles d’en haut (Colossiens 3.2).

La Bible dit « que toutes choses concourent aux biens de ceux qui aiment Dieu » (Romains 8.28). Nous pouvons donc remercier le Seigneur pour cette crise sanitaire qui nous révèle notre état. Qui a su remettre en question toutes nos considérations quelque soit le domaine de notre vie. Que ce soit la santé, le travail, la famille, le ministère et bien d’autres. 

A l’heure de cette crise, nous devons prendre une décision, faire un choix. Demeurer dans cet état ou revenir à Dieu de tout notre cœur ! (Jean 6.37).
Sache que Dieu t’aime et Il t’attends. Approche-toi avec assurance de Dieu afin de recevoir de Lui le pardon et la miséricorde dont tu as besoin en ce moment. Cette paix que tu ne peux recevoir que de Dieu et Dieu seul.

Reviens à  Dieu de tout ton cœur.

Sois bénie. 

Sabrina – Guadeloupe

Il nous assure sa tendresse

Esaïe 54.10 – Même si les montagnes |se mettaient à partir, même si les collines venaient à chanceler, mon amour envers toi |ne partira jamais ;
mon alliance de paix |ne chancellera pas, déclare l’Eternel, |rempli de tendresse pour toi.

Au sens propre on peut observer, par exemple au Mont Blanc, des pans de montagnes s’écrouler. Beaucoup de phénomènes naturels bouleversent notre monde actuellement, inondations, incendies, tempêtes, volcans, et de nouvelles bactéries dans nos aliments, des maladies inexpliquées, hépatites aigues chez des enfants aux EU.

Les collines de nos cœurs ont de quoi chanceler effectivement, nous qui sommes dans ce monde en plein bouleversement quand on entend les informations, on peut se demander : mais quand cela va-t-il s’arrêter ? Y aura-t-il un monde nouveau ? Nous savons que depuis la chute, satan a certains droits sur cette terre, la bible dit même qu’il est le prince de ce monde.

Mais la montagne est aussi ce lieu élevé, où nous pouvons rencontrer Dieu dans le secret de notre chambre, et Le prier pour que Sa volonté soit faite sur terre comme au ciel. Il nous assure de Sa tendresse, de Son alliance, et nous avons besoin de ces moments intimes avec Lui pour nous rappeler qu’Il a donné sa vie pour nous, pour nous donner Sa paix, car oui, nous en avons tellement besoin, Il ne nous demande pas de prier pour épargner ce monde des évènements qui sont déjà prévus, mais de nous fortifier dans Son amour, dans Sa foi, oui Il a foi en nous, je dirais plus que nous en Lui, et oui ce monde nouveau va venir, mais il nous faudra patienter encore, c’est cette espérance que nous devons avoir tous les jours. Je constate que beaucoup de Chrétiens sont dans l’erreur au sujet de l’enlèvement et espèrent le retour de Christ avant les tribulations.

Alors, apprenons à prier selon Sa volonté, selon les désirs de Son cœur, demandons Lui où il désire que nous soyons, si notre voix est bonne, cherchons à faire le bien.

Corinne – France

L’instant Sophie

Page 1 of 32

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén

fr French
X
AILES

GRATUIT
VOIR