Tel un iceberg !

Matthieu 6.6 – Mais quand tu pries, entre dans ta chambre, ferme ta porte…

Avez-vous déjà vu un iceberg ? Surprenant non ? Pour un grand iceberg, dont la hauteur apparente hors de l’eau est de 35 à 40 mètres, la partie immergée peut descendre jusqu’à plus de 300 mètres sous le niveau de la mer. La partie visible de l’iceberg n’est donc qu’une infime partie de ce que nous pouvons voir réellement à l’œil nu.

Pourquoi je vous parle aujourd’hui de l’iceberg ? S’il est vrai qu’il nous faut briller dans ce monde afin que Jésus paraisse à ceux qui nous voient vivre et agir ; aujourd’hui, c’est sur la partie cachée de nos vies que j’aimerais m’arrêter ! Parfois la partie visible de l’être humain ressemble à cet iceberg, c’est-à-dire qu’elle ne ressemble en rien à la partie cachée. Pourtant, si la pointe de l’iceberg peut se voir, c’est parce qu’elle est portée par cette partie invisible. C’est là que j’aimerais en venir.

Ce qui pourrait représenter la partie invisible de notre vie, c’est ce cœur à cœur, ces moments où nous entrons dans l’adoration de notre Dieu, ces moments cachés aux yeux de tous mais tellement forts et importants aux yeux de Dieu.

Ces temps de partage, de questionnement, de tête-à-tête sont tellement essentiels. Nous passons nos journées à mille occupations et Dieu attend, Il nous attend. De ce fait, nos vies cachées prennent parfois des allures bien sombres, même pour nous chrétiens. Nous pouvons alors faire autant de dégâts que l’iceberg ayant fait sombrer le Titanic, les personnes qui nous entourent découvrant le gouffre entre la façade et les profondeurs de nos cœurs.

Mes amies Dieu désire vivre avec nous une réelle relation, un cœur à cœur de chaque jour. Il désire t’entendre tout Lui dire car Il s’intéresse tellement à toi. Il te dit : « Arrête-toi, prend du temps avec Moi, écoute-Moi et Je te parlerai, laisse ta vie cachée en Moi grandir et grandir encore au point de faire chavirer les âmes des personnes que Je place sur ton chemin ».

Avec toute mon affection.

Corinne – Centre Apostolique EZ37M

Un chemin dans le désert

Passes-tu par un désert ? Ce message est pour toi

Que Dieu te bénisse.

Corinne

La fête de la Vie !

Esaïe 35.1 – Le désert et le pays aride se réjouiront ; la solitude s’égaiera, et fleurira comme un narcisse.

La fête chrétienne la plus importante pour moi est Pâque, commémoration de la résurrection du Seigneur. Quelle joie, quel bonheur que de savoir que notre Seigneur est vivant ! Oui, Jésus est vivant, Il vit ! Alléluia !

Cependant, dans ton cœur, dans ta vie, cette vie n’est pas manifeste. Tout semble mort et la vie n’arrive pas à prendre le dessus. Parfois, la vie semble commencer à jaillir et patatra, c’est comme si tout était avorté. Tu crois, tu sais que le Seigneur est vivant et qu’Il est Celui qui donne la vie aux morts, c’est quelque chose qui est inscrit dans ton cœur et pourtant, rien et encore rien. Ta maison, qui devait avoir des allures de fêtes, n’est que tristesse à l’état de ton cœur. Tu veux que cela change, tu pries mais au fond de ton cœur, tu penses que tout cela est pour les autres, trop de fois ton espoir ayant été différé.

Aujourd’hui pourtant, je veux te donner une Parole de consolation. Dieu n’a pas encore dit son dernier mot. Dans ton désert, qu’il soit physique, spirituel, relationnel, Dieu va faire quelque chose. Tu as cependant quelque chose à faire !

Un jour, un serviteur de Dieu a reçu une vision du Seigneur. Il a vu en plein désert du Sahel un terrain où des arbres en grande quantité poussaient. Lui, avec d’autres, ont fait l’acquisition de ce terrain aride où tout semblait mort et la première chose qu’ils ont fait a été de clôturer ce terrain afin d’éviter que tous les animaux ne marchent dessus et dévorent ce qui pourrait commencer à pousser. Aujourd’hui, sur ce terrain, 100.000 arbres d’une centaine d’espèces différentes ont repris vie en plein désert ! Les oiseaux, également de différentes espèces, se nichent dedans. La vie a remporté la victoire !

A l’instar de ce terrain clôturé, tu dois garder ta pensée ; la protéger afin de ne pas y laisser entrer des choses mauvaises faisant une œuvre mauvaise, des pensées destructrices, de mort. Il est important également que tu laisses germer dans ton cœur la semence de vie qu’est la Parole de Dieu tel un jardin bien gardé de toute rancune, amertume, non pardon…

N’oublie pas non plus que la vie et la mort sont au pouvoir de la langue. Alors dès aujourd’hui, décide et prononce des paroles de vie sur ton désert. N’aie plus peur d’y croire encore. Crois ! Et tu verras la gloire de Dieu.

Avec toute mon affection.

Corinne – Centre Apostolique EZ37M

La bonne motivation

1 Samuel 17.37 – David dit encore : L’Eternel, qui m’a délivré de la griffe du lion et de la patte de l’ours, me délivrera aussi de la main de ce philistin. Et Saül dit à David : Va, et que l’Eternel soit avec toi !

Dans la vie courante, nous sommes toujours motivées soit d’une manière positive, soit d’une manière négative. Elle est positive lorsque celle-ci déclenche un bon résultat et négative lorsque celle-ci déclenche un mauvais résultat ou un échec.

Mais ce qui est vrai, c’est de choisir la bonne motivation, parce qu’elle déclenche la joie, la victoire, la paix, la consolation… Ainsi, une bonne motivation n’est tirée que d’une bonne source, de même la mauvaise n’est tirée que d’une mauvaise source. Cela dépend de ce dont chacun de nous se choisit comme source.

On y va avec l’histoire de ce jeune petit David qui gardait les moutons de son père. Chose étonnante, personne ne se rendait compte du danger que pouvait rencontrer ce jeune homme, même pas son père. Parce que, étant gardien, à certain moment il s’est exposé aux dangers qui se présentaient, pour protéger autrui. Oui David faisait face aux dangers qui menaçaient les moutons.

Comment David s’en sortait -t-il de ces dangers qui étaient un risque pour sa propre vie ou pour celle des moutons ? David nous dit dans ce récit que l’Éternel le délivrait de la gueule du lion et de l’ours.

Alors nous comprenons que David s’appuyait sur l’Éternel, et l’Éternel combattait à sa place. Il a fait une expérience qui a motivé d’une bonne manière toute sa vie en tant que guerrier. Cela a permis qu’il aille de victoires en victoires.

Oui c’est à travers cette expérience que David, malgré les différentes menaces provenant de ses frères ou même de ce géant Goliath, n’a pas reculé face au danger. L’expérience qu’il a acquise en demeurant près Dieu et en mettant en lui sa confiance a été la source de sa motivation.

Alors bien-aimées, par quoi ou par qui êtes-vous motivées ? En servant Dieu, en entreprenant des projets, la source de votre motivation est-elle bonne ? La Bible nous dit : « Maudit soit celui qui se confie en l’homme ». Et chaque fois que nous sommes motivées par les mouvements des hommes ou par nous-mêmes, nous serons en échec ; comme ce géant philistin qui était motivé par sa taille, sa force et même par les applaudissements de la foule qui l’entourait.

Il nous appartient, bien-aimées, de choisir de passer plus de temps dans la présence de Dieu. C’est là que nous apprendrons à déchirer le lion et l’ours, et c’est dans cette expérience que nous tirerons une bonne motivation pour affronter les géants et pour les vaincre durant tout notre parcours chrétien.

Soyez bénies au nom de Jésus Christ.

Laetitia

Choisis la vie !

Deutéronome 30.19 – J’ai mis devant toi la vie et la mort… Choisis la vie !

Ce verset fait référence à l’interpellation de Dieu au peuple d’Israël après lui avoir donné ses prescriptions. Chacun se trouvait devant un choix, celui de vivre dans le respect de Dieu ou non. Adam et Ève étaient face à ce même choix dans le jardin d’Éden : choisir l’arbre de vie ou l’arbre de la connaissance du bien et du mal. Malheureusement nous savons qu’ils ont choisi le mauvais côté.

Ce matin j’aimerais que nous soyons interpellées par cette question : « Qu’est-ce que je vais choisir aujourd’hui ? ». En effet, cette question revient sans cesse dans notre quotidien. Notre vie est peuplée d’événements qui pourraient nous pousser à renoncer, à nous laisser aller, à nous laisser mourir. Le découragement fait partie de beaucoup de quotidiens et le diable de susurrer : « A quoi bon continuer ! ». Dieu nous crie avec force : « Choisis la vie ! Je n’en ai pas fini avec toi ! Je veux que tu vives et que tu serves à ma gloire ». « Certes tu auras un avenir heureux » nous dit Jérémie (Jérémie 15.11).

Il y a quelques années, un serviteur de Dieu faisait de la CB (c’est-à-dire de la radio amateur). Il avait écrit une lettre pleine d’espoir à des personnes qu’il connaissait et dont le mari était très malade et souffrait beaucoup. Un matin, l’épouse avait décidé de tuer son mari et de se suicider ensuite. L’arme était prête et une enveloppe contenant de l’argent pour les obsèques et une lettre d’explication était sur la table pour la famille. Elle attendait on ne sait quoi quand le facteur apporta la lettre pleine d’espoir. Elle se mit à pleurer et renonça à ses funestes projets. Deux semaines plus tard, ils donnaient leur cœur à Dieu.

Je ne sais pas la mesure de ton désespoir aujourd’hui mais laisse-moi te crier : « Choisis la vie ! ».

Bonne réflexion.

Corinne – Centre Apostolique EZ37M

Bien au delà de la couleur !

Philippiens 2.3 – Ne faites rien par esprit de parti ou par vaine gloire, mais que l’humilité vous fasse regarder les autres comme étant au-dessus de vous-mêmes.

Nous avons reçu une vidéo d’un homme en colère au sujet de la vente d’esclave en Lybie. Il est vrai que cela suscite en nos cœurs de la colère de voir des hommes et des femmes vendus et ainsi humiliés. L’homme est bien trop souvent un loup pour l’homme.

Nous ne pouvons cependant nous empêcher de penser également à tous ces enfants qui, dans certains pays, sont victimes de la vente de leurs organes. Toutes ces jeunes filles qui sont mises sur le trottoir à 10-12 ans par leurs propres parents afin de nourrir la famille. Tous ces hommes et ces femmes un peu partout dans le monde qui sont massacrés, torturés à cause de leur foi. Nous pourrions malheureusement continuer d’écrire et de décrire encore et encore toutes ces atrocités qui se font un peu partout sur la planète terre, que cela soit au travers d’actes mais aussi au travers de paroles.

La définition du racisme est la suivante : attitude d’hostilité de principe et de rejet envers une catégorie de personnes. Le racisme ne fait pas que référence à notre couleur de peau. Le racisme est dans le cœur humain, que sa peau soit noire ou qu’elle soit blanche. D’ailleurs, au risque de vous choquer, même ceux qui ont la peau de couleur noire sont racistes, parfois contre ceux qui ont la peau de couleur blanche mais aussi contre d’autres ethnies.

Ce qu’il nous faut traiter dans nos cœurs, que nous soyons blancs, noirs, jaunes ou même rouges de colère, c’est notre cœur qui a toujours tendance à se croire supérieur à l’autre, qui aime à dominer et de ce fait humilier celui que nous croyons inférieur à notre propre personne. Je crois que c’est à cette fin que le Seigneur nous a demandé de considérer les autres plus grands que nous.

Bonne réflexion.

Corinne – Centre Apostolique EZ37M

Vivre comme un aigle ?

Ps 103-5 C’est Lui que rassasie de biens ta vieillesse, Qui te fait rajeunir comme l’aigle.

Esaïe 40-31 Mais ceux qui se confient en l’Eternel renouvellent leur force. Ils prennent le vol comme les aigles. Ils courent et ne se lassent point, Ils marchent, et ne se fatiguent point.

L’aigle, cet animal royal est beaucoup cité dans la Parole, pour ses qualités, utilisé comme symbole par les prophètes, et par Jean dans le livre de l’Apocalypse.

Ce n’est pas un simple vautour, d’abord, il ne mange pas les cadavres, il est aussi interdit de le manger (voir les lois kascher). Pour certains, c’est le roi des oiseaux. Il se laisse aussi apprivoiser et c’est un beau spectacle que de voir ce grand oiseau voler haut dans le ciel, et revenir se poser sur le bras de son tuteur.

Mais, nous allons d’abord voir ses qualités, et nous poser la question de savoir pourquoi Dieu nous parle de rajeunir comme l’aigle. Le deuxième verset que j’ai cité est un de mes verset préféré, il nous invite à nous confier en toutes choses, pour que nous nous sentions légers, libres, sans fardeau.

L’aigle a une vie d’excellence, il prend soin de ce qu’il mange, il est très propre, vit en moyenne 60 à 80 ans, ce qui est beaucoup pour un oiseau, son nid est perché très haut dans les falaises et hyper grand. Il possède également un supra-vision, et cela me fait penser que notre regard, c’est notre âme, qu’il faut choyer nos visions.

Il a une capacité de concentration et de persévérance exceptionnelle. Sachons nous aussi apprendre à nous concentrer lorsque nous prions, lisons la Parole, nos pensées s’envolent souvent vers la rêverie, sachons aussi persévérer dans nos quêtes, nos objectifs.

Il sait être solitaire, mais lorsqu’il tombe amoureux, c’est pour la vie, il est fidèle, et soigne sa compagne, sachons nous aussi reconnaitre les saisons de notre vie.

Il est joyeux, aime à voler très haut et faire des piquer ras du sol, pour s’amuser. Ce qui est extraordinaire, c’est qu’il peut traverser une tempête, continuer de voler, sait utiliser les angles, les courants des vents. Ce qu’il préfère avant tout est de se percher très haut. Il ne baisse jamais les bras.

Le petit aiglon est éjecté du nid à trois mois, à coups de becs et de griffes, et oui, il apprend son indépendance ainsi, c’est peut-être ce qui le rend fort, il fait son apprentissage tout seul. Nous, nous ne sommes pas seuls, mais nous devons apprendre à dépendre de Dieu pour être forts, c’est aussi tout un apprentissage. Nous aussi on nous a éjecté du nid en quelque sorte lorsque nous avons pris la décision d’accepter Jésus, nous ne connaissions rien du nouveau Royaume.

Mais le plus extraordinaire que j’ai appris, alors que dans ma tête je cherchais une explication à ce verset, que Dieu était capable de nous faire rajeunir comme l’aigle dans notre vieillesse, pourquoi David a écrit ce verset ? J’ai découvert, qu’à un certain moment de sa vie, l’aigle n’arrive plus à saisir une proie, son bec se plie, ses serres sont usées, ses ailes sont lourdes, ses plumes collent à sa poitrine et il a du mal à voler.

Alors, et j’ai eu la chair de poule vraiment en lisant l’article, l’aigle va procéder, et ceci est obligatoire pour chaque aigle, à un douloureux processus de changement, pour que son espérance de vie atteigne son maximum, là, il en est à peu près à la moitié de sa vie. Il va s’installer en haut d’une montagne et cogner son bec jusqu’à la cassure, un nouveau bec va repousser, et puis il arrachera ses serres aussi. Puis, il enlèvera ses vieilles plumes âgées. Et c’est là que l’aigle prend son nouvel envol de renaissance.

Bon j’ai compris ce que David voulait dire, et pourquoi dans ses psaumes, il parle souvent de l’aigle. Alors cela me fait penser que Dieu nous émonde également, parce ce que nous pouvons avoir toutes sortes de mauvais rejetons, et il bon qu’Il le fasse, le processus est quelques fois douloureux, certes, mais Il le fera progressivement. Alors, qu’Il nous voit encore comme des aigles, malgré que nos âges avancent c’est plutôt cool, même si notre corps ne peut plus faire certaines choses comme à 20, et que notre esprit est moins vif, besoin de plus de repos.

En tout cas, j’espère que ce modèle de l’aigle vous a inspiré, comme moi, j’ai appris des choses que j’ignorais, et j’aime beaucoup les récits dans lesquels la Parole nous parle au travers d’animaux, soyez bénies.

Avec mon amitié.

Corinne Isabelle

L’appel

Actes 6.2 et 3 – …Il n’est pas convenable que nous laissions la parole de Dieu pour servir aux tables. C’est pourquoi, frères, choisissez parmi vous sept hommes, de qui l’on rende un bon témoignage, qui soient pleins d’Esprit Saint et de sagesse, et que nous chargerons de cet emploi.

Nombreux sont les enfants de Dieu qui cherchent leur appel et ce, parfois désespérément.

En premier lieu, j’aimerais dire que vous n’êtes pas le fruit du hasard mais que Dieu en vous tissant dans le ventre de votre mère vous avait déjà choisie (Jérémie 1.5).

La seconde est que l’époque, la génération dans laquelle tu évolues est celle choisie par Dieu. Il ne s’est pas trompé de date. Tu es née pour un temps comme celui-ci.

Certaines me rétorqueront peut-être mais alors pourquoi je n’arrive pas à connaître exactement mon appel ou pourquoi je n’arrive pas à entrer dans mon appel ?

La première des choses c’est d’entendre cet appel. Cela porte bien son nom « APPEL ». Quand vous recevez un appel téléphonique par exemple, vous avez deux alternatives. Soit vous décrochez, soit vous laissez sonner. Si vous décrochez, vous allez prendre le temps d’écouter votre interlocuteur.

Avec Dieu, il en est ainsi, il nous faut prendre le temps de l’écouter.

Et quand nous avons écouté, pourquoi n’entrons-nous pas dans ce que Dieu nous a demandé.

Tout d’abord, j’aimerais dire que l’appel de Dieu n’est pas micro-ondes, mais c’est un cheminement, un pas après l’autre.

La deuxième chose est que souvent, nous courons derrière des serviteurs de Dieu afin d’entendre la confirmation de notre appel et Dieu fait grâce et le confirme mais ensuite, que faisons-nous ?

Si nous restons au stade de l’écoute, rien ne se passera.

Nous devons décider de nous lever et de répondre à l’appel de Dieu avec les éléments qui sont entre nos mains. Ce n’est peut-être qu’une petite graine mais il nous faut la planter.

Ensuite des enfants de Dieu s’étonnent de ne pas entrer dans leur appel car ils ont été appelés prophètes, pasteurs, ….

Tout d’abord, il est important d’accepter d’être formée que cela soit par des cours et/ou aux côtés d’un mentor. Si vous prenez Elisée, il fût aux cotés d’Elie, Timothée fut aux côtés de Paul, et les disciples aux côtés de Jésus. Serions-nous différentes ? ayant la science infuse ?

La Parole de Dieu nous encourage également à faire ce que notre main trouve à faire (Ecclésiaste 9.10) et ce, même si cela semble pour nous des tâches subalternes. Cependant, Dieu n’a pas le même regard que nous et ce qu’Il voit c’est notre fidélité à faire des petites choses et ce, afin de nous en confier des plus grandes (Luc 16.10).

Donc quand nous recevons l’appel, ne nous étonnons pas que des portes s’ouvrent sur des petites choses, des petits commencements. Demeurons fidèles dans ces choses et nous verrons Dieu nous ouvrir de nouvelles portes qui progressivement nous amèneront dans notre appel initial.

Je laisse ces quelques pistes à votre réflexion.

Excellente journée et bonne entrée dans votre appel.

Corinne – Centre Apostolique EZ37M

Le feu de l’épreuve

Jacques 1. 2-4 Mes frères, regardez comme un sujet de joie complète les diverses épreuves auxquelles vous pouvez être exposés, sachant que l’épreuve de votre foi produit la patience. Mais il faut que la patience accomplisse parfaitement son œuvre,
afin que vous soyez parfaits et accomplis, sans faillir en rien.

Il n’est pas toujours facile de se réjouir dans l’épreuve. Nous sommes plus
enthousiastes à affronter de nouveaux défis ; certainement parce que nous désirons nous améliorer ou parce que nous aimons explorer de nouveaux terrains. L’épreuve est différente d’un challenge parce qu’elle nous est imposée. Elle est amère et on ne peut l’ignorer. Elle suscite incompréhension, confusion et questionnements.

Lorsque nous sommes enfants de Dieu, l’un des objectifs de notre Père est notre transformation et notre maturation. Le Père est plus préoccupé par notre être que notre faire. Dieu privilégie toujours l’être intérieur au paraitre. Il veut un peuple mature à l’image de Jésus. Dieu veut une armée entrainée, prête, à la foi éprouvée qui pourra efficacement faire face à l’ennemi.

Si Dieu permet une épreuve, c’est parce que celle-ci nous forge et porte en sein un fruit. Face à l’épreuve nous nous examinons. Nous réajustons notre pensée, notre caractère, nos habitudes et notre mentalité. Face à l’épreuve, nous engageons notre foi. Le premier fruit de l’épreuve est la patience.

Même si nous avons toutes les promesses de la Parole de Dieu, Il nous faudra persévérer et attendre dans la foi et la prière l’intervention du Roi. C’est Lui le Maitre des temps et des circonstances.

Durant le temps de la patience, une transformation intérieure profonde et parfaite se met en place. Cette transformation est semblable à une purification. Elle produit toutes sortes de fruits selon les cas : l’humilité, la soumission, le la repentance, la réconciliation, le pardon, la consécration, la faim et la soif de la présence de Dieu…

Qu’elle soit causée par la méchanceté de l’ennemi ou le résultat de notre
désobéissance, le Seigneur tient à ce que toute épreuve nous rende entrainées, parfaites, accomplies et matures. Dieu, qui est fidèle, ne permettra pas que nous soyons tentées au-delà de nos forces ; mais avec la tentation il préparera aussi le moyen d’en sortir, afin que nous puissions la supporter. Rendons grâce dans l’épreuve, un travail profond est en cours.

Fannie – Cameroun

Ôtons le masque !

Proverbes 14.13 – Au milieu même du rire le cœur peut être affligé.

De nombreuses « personnalités » que cela soit dans le monde du cinéma, showbizz, … tirent « leur révérence » en mettant fin à leur vie. Cela me pousse à la réflexion suivante : mais comment un homme qui a des biens, la renommée et de la réussite peut-il en arriver là ?

Ma réflexion, en rapport avec notre verset, est : dans cette société de plus en plus virtuelle, quelle est la place pour les vrais sentiments ? Combien d’entre nous sommes cachées derrière un déguisement ? Il y en a tant qui cherchent, à travers le plaisir, le bonheur mais elles sont dans une profonde détresse morale.

Savez-vous que votre cœur, siège de vos sentiments, a des besoins ? Savez-vous que rien de matériel ne peut répondre à ces besoins ? Notre cœur a besoin de sentiments véritables ! Il a besoin d’en exprimer et il a besoin d’en ressentir. Nous avons été créées avec un potentiel d’amour mais trop souvent « la vie » est venue l’étouffer, ce qui fait que tout a été faussé et l’être humain est souvent gauche dans l’expression de ses sentiments, se cachant derrière un masque de « rires » ou autres alors qu’il souffre profondément.

Bien-aimée, tu n’es pas un « avatar » pour Dieu ! Tu es une personne unique et chère à son cœur et auprès de Lui est la source de la vie (Psaumes 36.9). La foi peut être virtuelle, même la conversion peut être virtuelle mais l’amour que Dieu a pour toi, lui : il est bien réel. Abandonne les chimères d’un monde de faux semblants et de masques pour marcher dans la vérité de l’amour que Christ a manifesté à la croix pour toi.

Bonne réflexion.

Corinne – Centre Apostolique EZ37M

Page 1 of 45

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén

fr French
X

Rejoindre le canal TELEGRAM et

- participer à notre rencontre du 29 octobre 2022 à 10h00

- Recevoir l'encouragement du jour

X
AILES

GRATUIT
VOIR