Luc 8.20 – On lui dit: Ta mère et tes frères sont dehors, et ils désirent te voir. Mais il répondit: Ma mère et mes frères, ce sont ceux qui écoutent la parole de Dieu, et qui la mettent en pratique.

Dans le contexte, Jésus était entouré d’une foule, prêchant la bonne nouvelle, et certainement que sa famille ne pouvait pas arriver jusqu’à lui, c’est pourquoi on le prévient. Mais sa réponse est surprenante, et peut même paraître méchante, parce ce que certainement Jésus aimait sa mère, ses frères et ses sœurs, mais ce n’était pas le bon moment ! Il  ne mettait pas sa famille en priorité, comme nous des fois, on lâche tout quand un de nos enfants nous appelle, ou nos parents, même en réunion de prières !

Alors, je me suis posée la question de savoir pourquoi Jésus a dit de telles paroles, puisqu’il dit toujours des paroles de sagesse, pour nous sécuriser souvent. Et, je me suis aperçue que oui, notre famille, surtout si elle n’est pas chrétienne, n’est pas forcément stable dans ses sentiments envers nous, en tout cas pas tous. Et il y a souvent des blessures qui ont besoin d’être guéries, avant la réconciliation, c’est comme mettre la charrue avant les bœufs. Ce que veut dire Jésus c’est que ses enseignements sont plus importants, car ils nous montrent les points faibles à travailler.

Lorsqu’on est à ses pieds, nous ne devons pas nous laisser distraire, interrompre ce qu’il est entrain de nous dire, sous peine, de passer à côté de l’essentiel. Et lui livrer notre cœur, nos difficultés avec notre famille, qui est quand même la base de ce que Dieu a instauré, et souvent nous fonçons, avec de bonnes intentions, oui, mais nous ne pensons pas que le passé a pu blesser aussi les autres, et que de parler de certaines choses quand ce n’est pas le moment peut être pire. Laissons Jésus travailler le cœur de nos familles et attendons son feu vert pour aborder certains points critiques encore non réglés pour une totale réconciliation, et pensons aussi que nous ne devons pas penser à la place des autres, parce ce que leur ressenti peut être le contraire de ce que nous pensons nous, de la manière dont ils perçoivent les choses.

Corinne – France

Profil de l'auteur

Corinne - FRANCE
Corinne - FRANCE
Bonjour à toutes, je m’appelle Corinne, j’habite une jolie ville d’Alsace, tout à coté de Strasbourg, secrétaire médicale aux hôpitaux universitaire de Strasbourg à la retraite. Maman et mamie, respectivement de deux fils et de deux petites filles. Là je vis seule (avec ma chatte Noisette !!!) Je cherchais depuis longtemps ce cadre un peu hors norme, où j’ai trouvé une sécurité, une présence, où la différence de chacune est non pas un défaut mais une qualité, un cadre qui aide les gens à se relever, dans le quotidien pas seulement le dimanche, un lieu où peut grandir dans la vraie Parole de Dieu, où on voit la volonté des femmes à se soutenir pour un projet commun, la restauration, l’édification des autres. Donc j’espère être un vecteur de bénédiction aussi, pour l’utilité de toutes.
close

Ne manquez pas un encouragement !

Abonnez-vous et recevez directement dans votre boîte mail l'instant A.I.L.E.S
Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.