Zacharie 1.13 –  L’Eternel répondit par de bonnes paroles, par des paroles de consolation, à l’ange qui parlait avec moi.

Nous sommes dans ce temps où le peuple est opprimé par le roi de Perse Darius. L’ange de l’Eternel parle au prophète Zacharie, lui donnant des paroles de consolation, et plus loin l’espérance du Messie à venir. Le papa de Jean Baptiste lui aussi s’appelait Zacharie et Dieu permit à Jean-Baptiste d’ouvrir le chemin du Seigneur.

Dans ces périodes d’incertitudes, nous pouvons nous aussi nous sentir opprimées, comme sous le poids de pouvoirs, de lois, d’interdictions qui nous dépassent, et nous avons besoin de cette consolation qui vient de Dieu, et nous avons besoin d’apporter du réconfort autour de nous.

Alors, souvent, nous encourageons, nous amenons des paroles réconfortantes, nous rendons des services, parlons de notre foi.

Mais, souvent, lorsque nous sommes seules, face à nous-mêmes, nous pouvons sentir que nos réservoirs sont vides, et nous devons y prêter attention, car nous devons prendre soin de nous-mêmes en premier, et si le peuple de Dieu est abattu, las, triste, nous devons d’abord nous laisser arroser, bercer, consoler, pour pouvoir apporter le « trop plein », car Jésus nous promet que des sources d’eaux vont jaillir de nous, et souvent, nous voulons faire le contraire, le servir, le servir, alors que nous même avons besoin d’être restaurées, et finalement ce n’est pas l’honorer.

Parce ce que, oui Dieu désire avant tout notre bien=être, notre équilibre, et beaucoup trop d’enseignements nous montrent que nous devons être pauvres, dans la souffrance, ou alors l’inverse extrême, la crainte de Dieu n’est plus là. Demandons grâce d’avoir un équilibre, et soyons honnêtes avec le Seigneur si nous sentons que nous avons besoin de son aide, ne jouons pas les dures ! Sachons aussi Le remercier pour toutes choses qu’Il nous accorde, même petites : le chant des oiseaux, la douceur du vent sur nos épaules, la chaleur du soleil qui brûle les jambes, les fleurs…

Ma prière est que Dieu rallume les feux qui sont en train de s’éteindre, que notre relation avec Lui soit de jour en jour plus profonde, et qu’après nous puissions entretenir ce feu.

Corinne – France

Profil de l'auteur

Corinne Isabelle
Corinne Isabelle
Bonjour à toutes, je m’appelle Corinne Isabelle, j’habite une jolie ville d’Alsace, tout à coté de Strasbourg, secrétaire médicale aux hôpitaux universitaire de Strasbourg à la retraite. Maman et mamie, respectivement de deux fils et de deux petites filles. Là je vis seule (avec ma chatte Noisette !!!) Je cherchais depuis longtemps ce cadre un peu hors norme, où j’ai trouvé une sécurité, une présence, où la différence de chacune est non pas un défaut mais une qualité, un cadre qui aide les gens à se relever, dans le quotidien pas seulement le dimanche, un lieu où peut grandir dans la vraie Parole de Dieu, où on voit la volonté des femmes à se soutenir pour un projet commun, la restauration, l’édification des autres. Donc j’espère être un vecteur de bénédiction aussi, pour l’utilité de toutes.
close

Ne manquez pas un encouragement !

Abonnez-vous et recevez directement dans votre boîte mail l'instant A.I.L.E.S
Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

close

Pour nous les femmes !

Ne manquez pas un seul Encouragement !

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Suite à votre abonnement, vous recevrez un mail pour confirmer celui-ci. N'oubliez pas de consulter votre boîte mail et éventuellement les spams.