Hébreux 10.25 – N’abandonnons pas notre assemblée, comme c’est la coutume de quelques-uns ; mais exhortons-nous réciproquement, et cela d’autant plus que vous voyez s’approcher le jour.

A l’époque où Paul écrivait ses lettres, il s’agissait plutôt de petits groupes de chrétiens qui se réunissaient, souvent en secret, à cause de la persécution et Paul encourageait la communion fraternelle et le partage d’un évangile pur pour que les personnes ne se perdent pas et soient nourries régulièrement.

Et aujourd’hui, je me rends compte, par différents posts sur les réseaux sociaux notamment que beaucoup  abandonnent l’assemblée locale, et disent se sentir mieux, que leur relation avec Dieu est plus profonde, je pense que ça reste difficile, et que ce sont des chrétiens bien affermis, qui arrivent à gérer, mais je comprends le mal être de beaucoup de chrétiens qui recherchent dans l’assemblée ce qu’elles ne peuvent pas forcément leur apporter.

Bien que l’Eglise ait un rôle d’aide et de soins, tout problème n’est pas forcément spirituel, et certains s’attendent à ce que le pasteur fasse tout pour elle, ne comprenant pas que le centre de la foi est Jésus, et qu’elles ont le droit aussi d’aller voir un médecin, un psychologue, d’avoir une relation avec Dieu au quotidien. Beaucoup disent aussi ne pas avancer, ne pas progresser dans leur assemblée. Quelques fois, il faut reconsidérer sa conversion, reprendre les choses au début.

Et je sais aussi que très peu d’assemblées de nos jours ne prêchent pas toujours un évangile sans compromission, cherchant à plaire et à garder leurs membres, et n’ont plus ce souci des âmes, alors oui on peut se sentir perdue, noyée, surtout dans une grande assemblée. A ces personnes je répondrai qu’il vaut mieux un groupe de maison, une assemblée plus petite, où chaque membre est pris en compte, aimé, respecté, parce ce que lorsqu’on reste dans l’isolement, et je sais, je l’ai vécu, ce n’est pas forcément facile, même si on reste dans la foi, la puissance de Dieu se manifeste dans l’unité, la communion avec les autres, l’intérêt que vous portez à l’autre.

C’est juste un encouragement que j’avais sur mon cœur, il ne s’agit pas de faire un copier/coller non plus des autres membres de votre assemblée, mais d’être vous-même, en fait c’est cela aussi la sanctification, d’être la personne que Dieu veut que vous soyez, à la place où vous vous sentez à l’aise.

Corinne – France