Jacques 3.11 – La source fait-elle jaillir par la même ouverture l’eau douce et l’eau amère ?

Les temps particuliers que nous vivons sont également un temps de profonde remise en question. Quand nous méditons notre verset du jour, nous pouvons dire je crois, que chacune d’entre nous avons véritablement quelque chose à changer dans notre manière de parler. Combien de fois avons-nous laissé l’eau amère sortir ? Si vous ne pensez pas que c’est ainsi, il suffit sans même s’entendre parler, de regarder les réseaux sociaux et lire certains commentaires pour voir à quel point notre source est amère.

Dans Matthieu 15.11, il nous est dit que ce qui entre dans la bouche ne rend pas une personne impure. Mais ce qui sort de la bouche, voilà ce qui rend une personne impure. N’oublions pas également que c’est de l’abondance du cœur que la bouche parle (Matthieu 12.34). Ce qui veut dire que quand nous laissons sortir par notre bouche une eau amère, nos paroles expriment donc ce que nos cœurs sont. Cela ne vous amène-t-il pas à réfléchir ?

Dans une prophétie intitulée « une route impraticable », j’indiquais le passage d’Esaïe 35.8 : « Il y aura là un chemin frayé, une route, qu’on appellera la voie sainte ; nul impur n’y passera ; elle sera pour eux seuls ; ceux qui la suivront, même les insensés, ne pourront s’égarer ». Nul impur ! Qu’est ce qui rend impur ? Ce qui sort de nos bouches car cela, je le répète, est le reflet de nos cœurs. Esaïe, le prophète de l’Éternel a une vision. Il voit le Seigneur et voici ce qu’il dit : « Malheur à moi ! je suis perdu, car je suis un homme dont les lèvres sont impures, j’habite au milieu d’un peuple dont les lèvres sont impures, et mes yeux ont vu le Roi, l’Éternel des armées » (Esaïe 6.5).

Le psalmiste nous dit dans le Psaume 45.2 : « Des paroles pleines de charme bouillonnent dans mon cœur. Je dis : Mon œuvre est pour le roi ! Que ma langue soit comme la plume d’un habile écrivain ! ».

Aujourd’hui est le temps de laisser Dieu toucher notre cœur et notre bouche afin qu’il ne sorte plus par la même ouverture une eau douce et une eau amère mais qu’au contraire, il en sorte une eau qui jaillit comme un torrent de vie.

Je vous laisse avec ces versets : « Les paroles de la bouche d’un homme sont des eaux profondes ; la source de la sagesse est un torrent qui jaillit (Proverbes 18.4). Il alla vers la source des eaux, et il y jeta du sel, et dit : Ainsi parle l’Eternel : J’assainis ces eaux ; il n’en proviendra plus ni mort, ni stérilité » (2 Rois 2.21).

Qu’il en soit ainsi pour chacune de nos bouches et chacun de nos cœurs.

Bonne réflexion et excellente journée.

Corinne – EZ37M