Jean 13.26 et 27 – Et Jésus lui répondit : Je vais tremper ce morceau de pain dans le plat. Celui à qui je le donnerai, c’est lui. Là-dessus, Jésus prit le morceau qu’il avait trempé et le donna à Judas, fils de Simon Iscariot. Dès que Judas eut reçu ce morceau de pain, Satan entra en lui.

Qui n’a pas connu ces moments de convivialité, ces repas de famille, et comme si on ne voulait rien en perdre on sauce avec le dernier bout de pain et on termine l’assiette. On se réjouit pour le fromage, le dessert, l’après midi qui va suivre, on ne veut plus se quitter, on va rester jusqu’au soir.

Là c’était un peu différent, les disciples prenaient leur dernier repas avec Jésus, premier repas du Shabbat de Pâque, mais pour les autres, ils seront, sans lui. Avaient ils conscience de la gravité du moment ? Je ne crois pas, mais Jésus avait sûrement le cœur lourd, il n’a eu de cesse de les encourager, il leur a lavé les pieds, il a montré tellement d’amour à leur égard. Peut être ses sentiments étaient partagés entre la joie de les avoir encore avec Lui, et la douleur de ce qui l’attendait.

Et ce verset : il donne à Judas le morceau de pain et à ce moment là,  satan entre dans le cœur de Judas, comme si Jésus voulait faire un dernier geste d’amour, lui dire fais ce que tu as choisi de faire, je t’ai aimé comme les autres, je t’ai accompagné et là, c’est un ami qui va le trahir, une blessure de plus.

Oui, c’est vrai qu’ on ne comprend pas trop le rôle de Judas, puisque les Juifs pouvaient rencontrer Jésus à n’importe quel moment, et puis on aurait pu prendre un inconnu, pourquoi un ami qui connaissait le lieu intime où les disciples se retrouvaient avec leur Maitre ?

Peut être est ce là la clé de ce que ce passage veut nous dire ; cette intimité avec le Seigneur qui nous regarde avec bienveillance, même lorsque nous faisons des choses « limites », même quand nous chutons, plus ou moins gravement, le problème c’est que Judas n’a pas su lire l’amour de Jésus dans son regard, et il s’est condamné lui-même finalement, satan a utilisé la convoitise qui est la source de beaucoup de péchés, vraiment, ayons en esprit que même si nous sommes tentées, même si nous pouvons nous détourner du regard de Jésus, c’est un mensonge de croire qu’il ne nous attend pas, que nous sommes indignes de revenir à Lui. Il a toujours ses bras grands ouverts pour nous, ses bien aimées. Ne laissons pas nos âmes nous faire manipuler par l’ennemi, oui l’heure est grave pour nous aussi, nous devons tenir ferme.

Avec mon amitié,

Corinne Isabelle

Profil de l'auteur

Corinne Isabelle
Corinne Isabelle
Bonjour à toutes, je m’appelle Corinne Isabelle, j’habite une jolie ville d’Alsace, tout à coté de Strasbourg, secrétaire médicale aux hôpitaux universitaire de Strasbourg à la retraite. Maman et mamie, respectivement de deux fils et de deux petites filles. Là je vis seule (avec ma chatte Noisette !!!) Je cherchais depuis longtemps ce cadre un peu hors norme, où j’ai trouvé une sécurité, une présence, où la différence de chacune est non pas un défaut mais une qualité, un cadre qui aide les gens à se relever, dans le quotidien pas seulement le dimanche, un lieu où peut grandir dans la vraie Parole de Dieu, où on voit la volonté des femmes à se soutenir pour un projet commun, la restauration, l’édification des autres. Donc j’espère être un vecteur de bénédiction aussi, pour l’utilité de toutes.
close

Ne manquez pas un encouragement !

Abonnez-vous et recevez directement dans votre boîte mail l'instant A.I.L.E.S
Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

close

Pour nous les femmes !

Ne manquez pas un seul Encouragement !

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Suite à votre abonnement, vous recevrez un mail pour confirmer celui-ci. N'oubliez pas de consulter votre boîte mail et éventuellement les spams.