Des femmes chrétiennes engagées

Auteur/autrice : Cornélia - France

Mariée et maman de 2 filles, Cornélia vit pour le Seigneur depuis son enfance. Elle a particulièrement à cœur de le servir dans ce qu’il a prévu pour elle et elle aime dire que c’est une belle aventure que de marcher à Ses côtés !

Vaincre la peur se travaille

« Confie-toi en l’Eternel de tout ton cœur, Et ne t’appuie pas sur ta sagesse. »Proverbes 3:5« L’Eternel est pour moi, je ne crains rien : Que peuvent me faire des hommes ? »Psaume 118:6

La peur s’appuie sur des projections de possibilités. Sur des constructions de pensées de ce qui pourrait se passer. Pourtant tout cela n’est absolument pas sûr. C’est possible. Et encore, lorsque nous commençons à nous créer différents scénarios de possibilités, notre cerveau est capable de créer toutes sortes de films improbables, souvent basés sur le plus alarmiste. Alors nous entretenons la peur, nous l’amplifions et nous sommes cernés par des émotions incontrôlables.

Comment s’en sortir ?

Sache que tu ne sors pas de la peur par simple décision. C’est une illusion. On décide, oui, de se battre contre les pensées qui alimentent la peur. C’est un travail de tous les instants. Refuser de se fabriquer des déroulements possibles de l’histoire, ne pas alimenter la création de ces scénarios, et s’attacher à la protection de Dieu. En te plongeant dans les promesses de Dieu, en t’adressant à lui pour chercher sa paix parfaite, tu seras dans ce travail de lutte contre la peur.

Ne te décourage pas si elle te tient. Mais comprends que c’est un travail de tous les instants pour t’en éloigner. La peur n’apporte pas la sécurité, comme on dit « la peur n’évite pas le danger » alors inutile de l’entretenir. Au contraire ! Appuie-toi sur ce que dit Dieu.

Cornélia – France

Pourquoi prier ensemble ?

« Josué fit ce que lui avait dit Moïse, pour combattre Amalek. Et Moïse, Aaron et Hur montèrent au sommet de la colline. Lorsque Moïse élevait sa main, Israël était le plus fort; et lorsqu’il baissait sa main, Amalek était le plus fort. Les mains de Moïse étant fatiguées, ils prirent une pierre qu’ils placèrent sous lui, et il s’assit dessus. Aaron et Hur soutenaient ses mains, l’un d’un côté, l’autre de l’autre; et ses mains restèrent fermes jusqu’au coucher du soleil. » Exode 17 : 10-12

Telle est la puissance de la prière d’un peuple entier : Josué se bat pendant que Moïse intercède et Hur et Aaron tiennent ses bras. Quel travail d’équipe ! Et on peut constater que lorsque Moïse faiblissait dans son intercession, Josué perdait. C’est là toute la réalité de l’intercession, sa force. Rien n’est vain en prière, même si nos yeux ne le voient pas.Prier c’est aussi comme tenir les bras de Moïse. C’est ensemble que les forces sont multipliées.« Vous poursuivrez vos ennemis, et ils tomberont devant vous par l’épée. Cinq d’entre vous en poursuivront cent, et cent d’entre vous en poursuivront dix mille, et vos ennemis tomberont devant vous par l’épée. » Lévitique 26 : 7-8

Réalise que ta prière, associée à celle de ton frère, de ta sœur, de ta communauté, prend une force démultipliée, alors ne lâche rien, crois dans cette puissance, pour que la gloire de Dieu jaillisse et que les victoires soient remportées dans les cieux !

Cornélia – France

Patience = confiance

Psaume 37 : 7 – Reste en silence devant le Seigneur, attends-le avec patience.

La patience est une qualité difficile à garder, surtout lorsque le temps s’étire, que les conditions devant nos yeux semblent mal orientées, ou que rien ne semble aller dans la bonne direction. Mais Dieu nous demande d’être patients, parce que son temps est déjà établi, parce que ce qui prend du temps a une raison d’être. Mais surtout parce que c’est une marque de notre confiance envers lui.

Si nous n’avons pas confiance en son plan, en son amour pour nous, nous allons forcément douter qu’il fera les choses pour notre intérêt. Si nous n’avons pas confiance dans sa puissance et sa capacité à faire des choses qui dépassent notre conception, nous n’auront pas la possibilité de nous attendre à un miracle.

Notre patience doit résider dans la certitude de qui est Dieu. Le Dieu qui pourvoit, qui délivre, qui aime, qui protège, qui prévoit, qui veille. Et par-dessus tout qu’il tient toute notre vie dans sa main.

Notre patience dépend de notre confiance dans ce verset parfois si difficile à admettre : « Nous savons, du reste, que toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés selon son dessein. » Romains 8 : 28

Gardons une confiance d’enfant, celle qui ne soupçonne rien, qui ne doute pas, qui ne regarde pas à ce qui est visible à ses yeux et qui se dit que tout est possible.

Cornélia – France

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén

fr French
X
AILES

GRATUIT
VOIR