Auteur/autrice : Christiane - Bénin Page 1 of 2

Béninoise, résidente.
Dieu n’est pas limité par l’espace, la distance. Alors où que nous soyons sur cette terre, en Christ, nous sommes unies par l’Esprit de Dieu et dans son amour. Par nos partages, écrits et autres, soyons plus solidaires Ensemble dans la marche !

Soyez bénies.

Cède-Lui sa Place

Jean 15:26 – Quand sera venu le consolateur, que je vous enverrai de la part du Père, l’Esprit de vérité, qui vient du Père, il rendra témoignage de moi.

Notre Seigneur Jésus-Christ, lors de ses dernières exhortations avant sa crucifixion, a promis à ses disciples de leur envoyer un autre consolateur, l’Esprit de vérité.

Lorsqu’on parle de consolateur, il s’agit de quelqu’un qui vient en ami, qui aide, qui soulage, apporte du réconfort, une compréhension, une direction. Il est aussi un protecteur, un défenseur, un avocat, un intercesseur.

Ce consolateur dont le Seigneur nous parle est la personne du Saint-Esprit. Dans Jean 14:16, Jésus dit un autre consolateur car Il est Lui-même le premier consolateur que Dieu nous a envoyé. C’est pourquoi durant sa vie sur terre, Il enseignait, délivrait, guérissait, ressuscitait même les morts. Il apportait donc du réconfort aux hommes et leur manifestait son Amour. Mais après qu’Il soit enlevé au ciel, Il envoya un autre consolateur, l’Esprit de vérité, le Saint-Esprit qui nous vient de Dieu et qui rend témoignage de Lui. Cela signifie que le Saint-Esprit a reçu le mandat d’accomplir en nous, pour nous et au milieu de nous tout ce dont Christ est capable. Il est le metteur en œuvre de toutes choses et agissait depuis la création (Gen1:2). Mais Dieu l’envoya pour qu’Il demeure en nous, agisse en nous et rende témoignage de son Fils. Mais est-ce que nous Lui donnons la place d’accomplir pleinement son rôle en nous et au milieu de nous ? Réflexion !

Avant que les disciples ne le reçurent le jour de la Pentecôte, ils Lui avaient préparé la place, obéissant à tout ce que le Seigneur leur avait recommandé et l’attendait dans la prière et la consécration. En bref, ils se sont rendus réceptifs. C’est pourquoi le Saint-Esprit les a remplis, transformés et les a rendus productifs dans divers domaines par des signes et des miracles, rendant ainsi témoignage du Seigneur car Il accomplit tout en son Nom. C’est aussi pourquoi Jésus nous dit dans Luc 10:19  » Voici, je vous ai donné le pouvoir de marcher sur les serpents et les scorpions, et sur toute la puissance de l’ennemi; et rien ne pourra vous nuire. » C’est le Saint-Esprit qui agit en son Nom ! L’Éternel dit à Zorobabel dans Zach.4:6  » Ce n’est ni par la puissance ni par la force, mais c’est par mon esprit. » Amen Alléluia !

Pourquoi nous nous mettons souvent en avant, à la place du Saint-Esprit, cherchant à tout résoudre nous-mêmes ? Même lors de nos moments de prières, nous oublions souvent de Le laisser jouer son rôle d’intercesseur, d’inspirateur, nous ne Lui parlons presque pas, etc. De ce fait, nous notons beaucoup d’échecs, de manque de solutions, des problèmes qui persistent, la non-maturité, etc, dans la vie des enfants de Dieu aujourd’hui.

Nous sommes assez restées en avant, fatiguées, essoufflées par les combats, les luttes car nous n’avons pas laisser le Saint-Esprit prendre sa place et jouer pleinement son rôle dans nos vies. Il est vraiment temps que nous le  reconnaissons, que nous nous rendons réceptives, Lui cédons sa place et tout Lui confier au Nom de Jésus-Christ et Il agira.  Amen !

Christiane

Cesse de te lamenter !

Comment éviter les pièges ?

Témoignage de Christiane

Christiane nous partage sa traversée du désert mais également sa sortie du désert.

Soyez bénie.

Ne relâche point !

1 Rois 18. 41 à 44 – Et Élie dit à Achab: Monte, mange et bois; car il se fait un bruit qui annonce la pluie.

Achab monta pour manger et pour boire. Mais Élie monta au sommet du Carmel; et, se penchant contre terre, il mit son visage entre ses genoux…

Bien-aimées dans le Seigneur, comme Élie, cela fait vraiment du bien lorsque nous apportons à quelqu’un en désolation la bonne nouvelle d’une consolation, d’un encouragement, pour l’inciter à avoir espoir en Dieu. Nous avons l’habitude, en tant que chrétiennes, d’apporter ces paroles en nous appuyant sur des passages bibliques,  des expériences personnelles, sur des témoignages d’autrui pour expliquer et faire comprendre à cette personne comment notre Seigneur est capable d’apporter la solution à son problème. Parfois, il peut même s’agir de prophéties, des messages que nous recevons avec conviction et que nous apportons à cette personne. Oui Dieu en est capable car rien n’est impossible à Lui (Luc 1.37). 

Toutefois, il se peut que Dieu s’adresse à nous-mêmes. 

Dans les deux cas, les messages peuvent être positifs ou négatifs.

Mais lorsque nous les apportons ou les recevons, il est très important de les accompagner de prières afin que notre  attente ou celle de la personne se réalise et que l’Éternel soit glorifié.

Dans Esaïe 43.26, l’Éternel dit : Réveille ma mémoire, plaidons ensemble, Parle toi-même, pour te justifier et dans Jér.1.12, Il dit qu’Il veille sur sa Parole pour l’accomplir. 

Cela nous montre qu’il est très important de rappeler à Dieu sa Parole, ses promesses afin qu’Il les réalise. Cela ne signifie guère qu’Il les oublie. Mais, Il veut que nous soyons participatives et réceptives quand à l’accomplissement de son dessein dans nos vies et dans celle des autres, c’est-à-dire être aussi des intercesseuses. 

C’est le bon exemple qu’Elie nous montre. Après avoir annoncé à Achab la bonne nouvelle de la pluie après trois ans et six mois de sécheresse, il apaisa son coeur avec cette espérance que Dieu va agir. Et au verset 42, sur la parole d’Elie, Achab monta et va manger et boire tandis qu’Elie monta au sommet de la montagne, dans la présence de l’Éternel et intercéda avec persévérance jusqu’à ce que la parole annoncée se réalise (verset 44).  

Bien-aimées, combien de paroles, de messages d’espoir ou de prophéties avons-nous apportés ou reçus ? Ce sont-ils accomplis ?

Ne lâchons pas prise. Dieu veut que nous ramenons cela constamment devant Lui. De plus, cela nous aide à combattre d’éventuels blocages spirituels et physiques de l’ennemi contre la réalisation de nos attentes (Daniel 10.13).

Que Dieu vous bénisse au Nom de Jésus-Christ !

Christiane

L’instant Christiane

L’instant Christiane

Que Dieu vous bénisse.

Juger ou sauver ?

1 Corinthiens 4.5 – C’est pourquoi ne jugez de rien avant le temps, jusqu’à ce que vienne le Seigneur, qui mettra en lumière ce qui est caché dans les ténèbres, et qui manifestera les desseins des cœurs. Alors chacun recevra de Dieu la louange qui lui sera due.

Nous vivons dans un monde plein de corruption. La connaissance du bien et du mal, acquise par le péché dans le jardin d’Eden et la manifestation de l’imperfection en nous font que nous avons souvent cette tendance à porter des jugements les uns contre les autres. Mais est-il bon de juger les autres ?

Le Seigneur nous dit : Ne jugez point afin que vous ne soyez jugés.

De plus, la Parole de Dieu nous dit que tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu. Donc tous pécheurs et perdus. Mais Dieu, dans son Amour infini pour le genre humain, nous a accordé un plan de Salut par son Fils Jésus-Christ afin que quiconque croit en Lui ne périsse point mais qu’il ait la vie éternelle. Jésus-Christ s’est sacrifié pour tous. C’est une grâce. Donc c’est en Jésus que nous sommes justifiées et devenues enfants de Dieu. Et c’est ce qui nous joue aujourd’hui à voir les autres qui ne l’ont pas encore reçu dans leur vie, comme des pécheurs, des « non enfants de Dieu » et de les juger. Ainsi, nous assistons à la stigmatisation et nous nous limitons souvent à notre communauté et à ceux ou celles qui confessent notre foi.  

Vivons notre foi en Jésus dans l’humilité et dans l’amour pour notre prochain.

Dans Luc 22.32, Pierre n’était pas automatiquement converti lorsqu’il était avec le Seigneur. C’est ce qui a fait qu’il l’a renié même trois fois. Mais le Seigneur a prié pour lui afin qu’il ait une fois solide et se convertisse. Et de là, le Seigneur lui a confié la mission d’affermir ses frères. Le Seigneur a aussi prié pour nous et même pour tous ceux  qui croiront après nous. Cela montre que tous ne peuvent croire et se convertir au même moment. Nous avons donc à nous soutenir, à nous affermir au sein de l’Eglise.

Actes 13.47 nous dit : En effet, tel est l’ordre que le Seigneur nous a donné : Je t’ai établi pour être la lumière des nations, pour apporter le salut jusqu’aux extrémités de la terre.

Alors, nous avons une mission, une oeuvre à accomplir, à continuer : Tendre l’échelle du Salut, la Bonne Nouvelle qu’est Jésus-Christ à quiconque qui ne l’a pas encore reçu et le Saint-Esprit fera le reste. C’est une mission de sauvetage et non de jugement, ni de stigmatisation. Soyons des lumières dans ce monde afin que des âmes soient sauvées des ténèbres. Faisons-le avec amour en sachant que Seul notre Seigneur est Juge et Il reviendra pour cela et rendra à chacun la louange qui lui sera due.

Que le Seigneur Jésus nous remplisse d’amour et de provisions pour cette noble mission. Amen

Christiane – Bénin

Examine tes œuvres

Galates 6 : 4 – Que chacun examine ses propres œuvres, et il aura sujet de se glorifier pour lui seul, et non par rapport à autrui. 

Bien-aimées, notre marche avec le Seigneur, notre relation avec Lui est vraiment personnelle car chaque enfant de Dieu a son identité personnelle qui est définie par ses œuvres tant dans sa vie privée que dans le corps du Christ. De la même manière que nous prenons soin de notre corps pour avoir une bonne santé, nous devons aussi prendre soin de notre relation avec le Seigneur. Il nous arrive parfois de nous sentir malade dans notre corps. Alors nous nous examinons pour mieux comprendre et nous soigner nous-mêmes lorsque cela paraît banal ou d’aller chez le docteur lorsque cela nous dépasse afin de recevoir les soins nécessaires et les soumettre aussi à Dieu qui peut tout. Cela doit aussi être pareil pour notre côté spirituel. Nous devons prendre au sérieux notre vie spirituelle, nous examiner souvent au travers de la Parole de Dieu, de ce que nous recevons comme enseignements, exhortations dans la Parole, de la part de nos leaders, des frères et sœurs dans le Seigneur, pour comprendre ce qui ne va pas, ce qui nous fait clocher. Et lorsque, ce mal qui ronge notre relation avec le Seigneur est détecté, nous devons nous soigner, nous corriger et changer en la bonne image que Dieu veut de nous.

Il s’agit donc de nous dépouiller de nos imperfections, de certains caractères du vieil homme qui continuent de se coller à notre nouvelle identité d’enfants de Dieu. C’est pourquoi nous notons encore au sein de l’Eglise que nous sommes : les colères, les animosités, les mensonges, la médisance, les trahison, la cupidité, l’orgueil, l’injustice, les jugements, la paresse, la haine, l’impureté, la jalousies, les querelles, la rancœur, les combats contre les ministères des autres au sein de l’Eglise, et bien plus.

Dans 1 Cor 5 : 12, l’apôtre Paul nous dit : « Qu’ai-je, en effet, à juger ceux du dehors ?  » Cela montre clairement que c’est dans le corps du Christ, au sein de l’Eglise que cela se passe.
Or, si notre vieil homme a été crucifié avec Christ, c’est pour que nous ne soyons plus esclaves des œuvres de la chair et que nous devons travailler à faire paraître et demeurer les caractères de Christ en nous, d’une part, par une auto discipline car nous devons faire notre part, par obéissance active à la Parole, à tenir pour morte notre chair, renoncer à notre « moi » et ne plus nourrir ses convoitises. Alors nous les verrons sécher en nous voire disparaître complètement, et d’autre part, nous soumettre aussi à l’œuvre du Saint-Esprit qui est celui qui est capable de former en nous les caractères du nouvel homme, ceux de Christ et qui n’a que pour source l’Amour. Oui l’amour envers Dieu et envers notre prochain, en portant en toute humilité, le manteau de serviteur. 

Examinons-nous nous-mêmes, soumettons-nous à l’œuvre du Saint-Esprit, prenons des décisions dignes, persévérons dans la foi. C’est alors que nous aurons sujet de nous glorifier pour nous-mêmes et dire comme Paul :  » J’ai combattu le bon combat… »

Christiane – Bénin

La Visitation divine


Esaïe 49.14 à 15 – Sion disait : L’Éternel m’abandonne, Le Seigneur m’oublie ! Une femme oublie-t-elle l’enfant qu’elle allaite ? N’a-t-elle pas pitié du fruit de ses entrailles ? Quand elle l’oublierait, Moi je ne t’oublierai point.

Bien-aimées dans le Seigneur, Dieu notre créateur et Père ne cessera jamais de nous manifester son Amour. Sa Parole nous le confirme dans notre verset de base. Mais parfois, il nous arrive de penser, dans certaines situations qui durent de trop que nous sommes oubliées de Lui et abandonnées à notre sort. Chaque fois que nous pensons ou parlons de la sorte, la réponse de Dieu à Sion nous montre clairement que cela Le frustre. 

Jean 3.16 nous dit que Dieu a tant aimé le monde qu’Il a donné son fils unique Jésus-Christ en sacrifice pour nous afin que nous ayons la vie éternelle. De même, nous avons tout pleinement en Lui, nous qui étions condamnées à mourir, et même éternellement à cause de nos péchés. Et son fils qui nous aime autant, a accepté prendre notre place à la croix pour nous justifier devant Dieu et nous a fait recevoir l’Esprit d’adoption par lequel nous crions tous Abba ! Père ! Et nous sommes devenus cohéritières de Jésus-Christ. 

Celui qui a tant donné, ne serait-Il pas attristé lorsque nous pensons ou disons qu’Il nous a abandonnées ? A quoi a donc servi son sacrifice qui prouve son immense Amour pour nous dès le commencement ? Il nous dit :  » Je ne t’oublierai point  » pour dire aussi  » Tu est constamment devant ma face « . Nous venons de Lui avant d’être dans le ventre de notre mère. Alors son Amour pour nous est au-delà de celui d’une mère. 

Quelle que soit la situation difficile que nous traversons, ne doutons plus ni de l’Amour ni de la présence de Dieu dans nos vies. Il n’abandonne jamais ses enfants. Si l’or est éprouvé par le feu avant de devenir pur, les moments difficiles ne sont pas non plus pour notre destruction mais pour notre perfectionnement en Christ

Dans Esaïe 49.8, l’Éternel nous dit : Au temps de la grâce Je t’exaucerai, et au jour du salut Je te secourrai ; Je te garderai, et Je t’établirai pour traiter alliance avec le peuple, Pour relever le pays, Et pour distribuer les héritages désolés « . C’est en demeurant auprès de Dieu dans la foi et la patience que nous rendons possible cette visitation divine qui est suivie de grâce, c’est-à-dire la réponse à nos prières à un temps que Lui-même a fixé. Et de là, l’Éternel nous établit comme ses témoins et ambassadeurs, de qui Il est et comment Il agit, pour traiter maintenant alliance avec d’autres, pour les restaurer. Nous devenons ainsi des bénédictions pour les autres au travers de nos témoignages pour la Gloire de Dieu. 

Que le Saint-Esprit augmente notre foi et nous remplisse de patience afin que nous ne nous éloignions pas du Seigneur et que nous ne rations pas sa visitation au Nom de Jésus-Christ. Amen !

Christiane

Page 1 of 2

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén

fr French
X
AILES

GRATUIT
VOIR