2 Rois 5:7 – Après avoir lu la lettre, le roi d’Israël déchira ses vêtements et dit : Suis‐je un dieu, pour faire mourir et pour faire vivre, qu’il s’adresse à moi afin que je guérisse un homme de sa lèpre ? Sachez donc et comprenez qu’il cherche une occasion de dispute avec moi. 

Daniel 2:16. – Et Daniel se rendit vers le roi, et le pria de lui accorder du temps pour donner au roi l’explication. 

Dans la première histoire Naaman qui est le chef de l’armée du roi de Syrie et qui a la lèpre, apprend par sa servante juive qu’il y a en Israël un prophète qui peut le guérir de sa lèpre. Il va le dire à son roi et celui ‐ci va écrire une lettre au roi d’Israël dans laquelle il lui demande de guérir son général. La deuxième histoire relate l’épisode où le roi Babylonien fait un rêve qu’il oublie à son réveil. Il fait venir tous les sages du pays pour leur demander de lui dire le rêve qu’il a oublié et qu’ils en donnent l’explication.  Aucun de sages ne peut faire ce que le roi a demandé, le roi ordonne donc qu’ils soient tous mis à mort. Daniel et ses compagnons font partie de ce que nous pouvons appeler le conseil de sages du roi, ils sont sur la liste de ceux qui doivent mourir. 

Le roi d’Israël et Daniel reçoivent chacun ce qui semble être une mauvaise nouvelle. Le roi d’Israël dans sa panique n’a même pas cherché à poser des questions, il sait que son homologue syrien est un homme coriace, qui aime la provocation et qui ne rate aucune occasion pour écraser ses ennemis. Il a oublié qu’il y a en Israël un prophète puissant et il a même oublié que Le Dieu d’Israël est Tout‐puissant. Daniel sait que le roi Babylonien va mettre à exécution ce qu’il a décidé. Contrairement au roi d’Israël qui a déchiré ses vêtements et s’est mis plein d’idées fausses dans la tête parce que guidé par sa peur, Daniel va trouver le roi pour lui demander une prolongation et il va ensuite chercher ses compagnons et partenaires de prière et leur demander de s’associer à lui pour chercher la face du Dieu qui peut tout. 

Pense d’abord à ton Dieu quand tu reçois une mauvaise nouvelle, à sa toute‐puissance, ensuite pense à associer tes frères et sœurs dans la foi afin qu’ils prient avec toi pour un dénouement de la situation. Psaume 112:7‐8: il ne craint pas de mauvaises nouvelles ; son cœur est ferme, confiant en L’Éternel. Son cœur est affermi ; il n’a point de crainte, jusqu’à ce qu’il mette son plaisir à regarder ses adversaires. Pas de panique, Le Seigneur est au contrôle.

Bénédictions

Claudine