Galates 6 : 4 – Que chacun examine ses propres œuvres, et il aura sujet de se glorifier pour lui seul, et non par rapport à autrui. 

Bien-aimées, notre marche avec le Seigneur, notre relation avec Lui est vraiment personnelle car chaque enfant de Dieu a son identité personnelle qui est définie par ses œuvres tant dans sa vie privée que dans le corps du Christ. De la même manière que nous prenons soin de notre corps pour avoir une bonne santé, nous devons aussi prendre soin de notre relation avec le Seigneur. Il nous arrive parfois de nous sentir malade dans notre corps. Alors nous nous examinons pour mieux comprendre et nous soigner nous-mêmes lorsque cela paraît banal ou d’aller chez le docteur lorsque cela nous dépasse afin de recevoir les soins nécessaires et les soumettre aussi à Dieu qui peut tout. Cela doit aussi être pareil pour notre côté spirituel. Nous devons prendre au sérieux notre vie spirituelle, nous examiner souvent au travers de la Parole de Dieu, de ce que nous recevons comme enseignements, exhortations dans la Parole, de la part de nos leaders, des frères et sœurs dans le Seigneur, pour comprendre ce qui ne va pas, ce qui nous fait clocher. Et lorsque, ce mal qui ronge notre relation avec le Seigneur est détecté, nous devons nous soigner, nous corriger et changer en la bonne image que Dieu veut de nous.

Il s’agit donc de nous dépouiller de nos imperfections, de certains caractères du vieil homme qui continuent de se coller à notre nouvelle identité d’enfants de Dieu. C’est pourquoi nous notons encore au sein de l’Eglise que nous sommes : les colères, les animosités, les mensonges, la médisance, les trahison, la cupidité, l’orgueil, l’injustice, les jugements, la paresse, la haine, l’impureté, la jalousies, les querelles, la rancœur, les combats contre les ministères des autres au sein de l’Eglise, et bien plus.

Dans 1 Cor 5 : 12, l’apôtre Paul nous dit : « Qu’ai-je, en effet, à juger ceux du dehors ?  » Cela montre clairement que c’est dans le corps du Christ, au sein de l’Eglise que cela se passe.
Or, si notre vieil homme a été crucifié avec Christ, c’est pour que nous ne soyons plus esclaves des œuvres de la chair et que nous devons travailler à faire paraître et demeurer les caractères de Christ en nous, d’une part, par une auto discipline car nous devons faire notre part, par obéissance active à la Parole, à tenir pour morte notre chair, renoncer à notre « moi » et ne plus nourrir ses convoitises. Alors nous les verrons sécher en nous voire disparaître complètement, et d’autre part, nous soumettre aussi à l’œuvre du Saint-Esprit qui est celui qui est capable de former en nous les caractères du nouvel homme, ceux de Christ et qui n’a que pour source l’Amour. Oui l’amour envers Dieu et envers notre prochain, en portant en toute humilité, le manteau de serviteur. 

Examinons-nous nous-mêmes, soumettons-nous à l’œuvre du Saint-Esprit, prenons des décisions dignes, persévérons dans la foi. C’est alors que nous aurons sujet de nous glorifier pour nous-mêmes et dire comme Paul :  » J’ai combattu le bon combat… »

Christiane – Bénin