Étiquette : Hébreux 13.5

Il prend soin de toi

Ne vous livrez pas à l’amour de l’argent; contentez-vous de ce que vous avez; car Dieu lui-même a dit: Je ne te délaisserai point, et je ne t’abandonnerai point. (Hébreux 13.5)

Le dictionnaire Larousse définit le manque comme suit :  ne pas disposer de choses ou d’êtres en quantité suffisante ou ne pas les avoir du tout ; et le contentement comme suit : être satisfait de quelque chose, ne rien demander de plus, borner ses désirs à cela.

L’auteur de l’épitre aux Hébreux après une série de recommandations dans les versets précédents du chapitre 13, adressée aux Hébreux, sur l’amour, l‘hospitalité, la compassion envers les prisonniers, le respect du mariage et des engagements mutuels en tant que époux ; au verset 5, verset de notre méditation, il leur recommande de ne pas avoir une conduite inspirée par l’amour de l’argent mais de se contenter de ce qu’ils ont. En sus, il leur rappelle ce que Dieu a Lui-même déclaré.

Dieu n’est pas un homme pour mentir ni un fils d’homme pour se repentir, tout ce qu’il a dit il le fait, tout ce qu’il a déclaré il l’exécute. Il n’a point changé, il est resté le même car Il ne connaît aucune ombre de variation. 

Le manque de tout, entraine souvent les merveilleuses créatures que nous sommes à nous inquiéter, à frapper à plusieurs portes, même les mauvaises.

Le fait de vouloir tout posséder, ce qui n’est pas à la portée de nos moyens et pire encore ce qui ne nous appartient pas, nous pousse à croire que nous manquons de quelque chose alors que nous avons et ne savons pas ou ne voulons pas nous contenter de ce que nous avons.

Cela est bien dommage, pourtant cela est bien vrai, que de femmes qui veulent posséder plus. Nous nous mettons ainsi beaucoup de pression, allant jusqu’à emprunter et nous retrouver dans des situations compliquées et le pire c’est que nous accusons Dieu ne de pas nous donner ou de ne pas prendre soin de nous.

Il, Dieu, a dit je ne vous abandonnerai ni ne vous délaisserai, Il est donc là ; mais nous sommes trop préoccupées par ce qui nous manque que nous oublions qu’Il vit en nous et est avec nous et que parce que nous Lui appartenons il prend soin de nous. Il a également dit qu’Il est notre berger nous ne manquerons de rien, est ce qu’Il est réellement ou toujours ton Berger ma sœur ? Es-tu toujours dans son pâturage ?

Tu penses manquer parce que tu veux avoir au-delà de ce que tu as. As-tu oublié que la joie du Seigneur est ta force ? Tu penses ne pas avoir cette joie, mais si tu l’as puisque cela fait partie du fruit de l’esprit. Si tu penses l‘avoir perdue, examine-toi pour savoir où en es-tu dans ta relation avec le Saint-Esprit.

Si réellement tu es en manque, de quoi que ce soit, demande à Dieu, Lui qui nourrit les oiseaux du ciel qui ne sèment ni ne moissonnent, Il ne manquera pas de prendre soin de toi qui es si précieuse à Ses yeux. Demandez, et l’on vous donnera; cherchez, et vous trouverez; frappez, et l’on vous ouvrira. Il est la bonne personne à qui t’adresser et la bonne porte à laquelle tu peux frapper. Mais si tu as cru manqué alors que tu n’as pas su te contenter, Dieu est fidèle et juste pour te pardonner, repens-toi. Il ne t’a pas abandonnée.

Bonne réflexion

Grace

Je veux ça !

Hébreux 13.5 – Ne vous livrez pas à l’amour de l’argent ; contentez-vous de ce que vous avez ; car Dieu Lui-même a dit : « Je ne te délaisserai point, et je ne t’abandonnerai point ».

Dans notre société de consommation, beaucoup de personnes courent. Elles courent après l’achat d’une belle maison, puis de beaux meubles, d’une belle voiture, des beaux vêtements, et il est dans la norme de passer aussi de belles vacances, et… toujours plus. Certaines contractent de nombreux crédits pour obtenir toutes ces choses qui font qu’une personne semble réussir. Il semblerait que cela soit le standard, et ce, même chez certaines enfants de Dieu.

Peut-être toi qui lis ces lignes tu n’as pas toutes ces choses. Peut-être même que certains chrétiens ou « ministères » te disent qu’un esprit de pauvreté est sur ta vie. Ce que j’aimerais te dire aujourd’hui, c’est que ce n’est pas parce que tu n’as pas comme tout « le monde » que tu dois croire qu’un esprit de pauvreté est sur ta vie. Tu peux avoir l’impression que « tous » autour de toi bénéficient de privilèges que toi tu n’as pas, mais ce n’est qu’une impression, c’est un leurre.

D’une part, beaucoup de choses qui te donnent cette impression ne sont que du paraître et n’ont qu’un seul but : provoquer chez toi une convoitise qui pourrait t’amener à te mettre davantage dans la misère ! D’autre part, malgré ce que tu peux voir, beaucoup de gens n’ont pas de maison, pas de vacances, et pour certains, n’ont même pas de quoi se nourrir.

De plus, comme le dit le dicton : Tout ce qui brille n’est pas d’or. Alors, prudence ! et n’oublions pas que la Parole nous enseigne que celui qui emprunte est esclave de celui qui prête (Proverbes 22.7).

Le Seigneur désire te donner un nouveau regard sur ta condition de vie et que tu sois libre de toute forme d’esclavage.

Je laisse cela à ta réflexion.

Que Dieu te bénisse et t’encourage.

Corinne – EZ37M

Bénissons l’Eternel

Mon âme, bénis l’Éternel, Et n’oublie aucun de ses bienfaits! Psaumes 103:2 


Nous avons toute un chacun sujet à bénir l’Éternel. L’Eternel nous fait grâce chaque jour de connaître un jour nouveau. Chaque jour, l’Éternel pourvoit à nos besoins selon sa richesse avec gloire en Jésus-Christ. Philippiens 4.19.

Les oiseaux du ciel ne sèment ni ne moissonnent et notre Père céleste les nourrit. Chacun de nous valons beaucoup plus qu’eux. Mathieu 6.26

Nous ne pouvons que bénir l’Éternel pour tous ses bienfaits. 

Même dans l’épreuve nous pouvons bénir l’Éternel car sa Parole déclare : 

« Si tu traverses les eaux, je serai avec toi; Et les fleuves, ils ne te submergeront point; Si tu marches dans le feu, tu ne te brûleras pas, Et la flamme ne t’embrasera pas. » Ésaïe 43:2

Quelque soit notre situation, nous savons et nous avons l’assurance que l’Éternel ne nous délaisse pas et ne nous abandonne pas. Hébreux 13.5

Comment ne pas bénir l’Éternel pour sa Parole.

Nous pouvons donc dire à notre âme : Pourquoi t’abats-tu, mon âme, et gémis-tu au-dedans de moi? Espère en Dieu, car je le louerai encore; Il est mon salut et mon Dieu. Psaumes 42:6

Alors quelque soit notre situation joie ou tristesse louons l’Éternel au lieu de gémir, de nous plaindre ou encore de nous morfondre.

Nous devons ordonner à notre âme de louer l’Éternel. L’apôtre Paul a déclaré « ‘Mais je traite durement mon corps et je le tiens assujetti, de peur d’être moi-même rejeté, après avoir prêché aux autres.' »1 Corinthiens 9:27.

Nous aussi, nous devons traiter durement notre corps et le tenir assujetti. 

Bénissons l’Éternel de tout notre cœur et reconnaissons tous ses bienfaits. 

Que l’Éternel continue de nous bénir en abondance.

Sabrina

Pourquoi pas moi ?

« Ne vous livrez pas à l’amour de l’argent ; contentez- vous de ce que vous avez ; car Dieu lui-même a dit : Je ne te délaisserai point, et je ne t’abandonnerai point. »
Hébreux 13 : 5

Il peut arriver qu’en écoutant les autres raconter leurs vacances, leur réussite professionnelle, ou à les regarder vivre dans des conditions visiblement plus agréables que les nôtres, on pourrait se sentir envieux ou triste, se demander pourquoi eux et pas nous ?

En entrant dans la comparaison, on a vite fait de se sentir démoralisé, ou tellement moins bénis que les autres. Frustré de ce que notre vie n’est pas, ou de ce qu’on ne peut pas se permettre ou expérimenter.

Pourtant deux points sont importants à souligner : ce que l’on voit ou sait de la vie des autres n’est qu’un aspect de leur vie. On ne voit pas sur cette façade tout ce qui se cache comme combat, difficulté, ou quelconque autre revers de la médaille.
Et aussi que ce que l’on a peut être précieux et bénissant selon ce qu’on en fait.

Vous n’avez peut-être que cinq pains et deux poissons et l’autre a un gâteau au chocolat fait maison accompagné de fruits savoureux et une bouteille de boisson chaude. Pourtant Dieu a su faire un merveilleux miracle avec ces cinq pains et deux poissons (Luc 9) grâce au fait que celui qui « n’avait que ça » a su l’offrir à Jésus pour que ce soit utile.

Lorsqu’on a quelque chose qui semble moins bien que l’autre, on peut pourtant le transformer en quelque chose de bien et agréable ou bien utile dans notre mesure.

L’important n’est pas d’avoir plus ou mieux que l’autre. L’important est de savoir apprécier et bien utiliser ce que l’on a. Si on le confie à Dieu, il saura en faire quelque chose de bon.

Cornélia

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén

fr French
X
AILES

GRATUIT
VOIR