Étiquette : Jean 10.10

Une vie abondante !

Jean 10.10 – Je suis venu afin que les brebis aient la vie, et qu’elles soient dans l’abondance.

Qui n’a jamais entendu ce verset ? D’ailleurs, depuis quelques années, ce verset est devenu une sorte de pilier de la vie chrétienne ! En effet, si je suis chrétienne, je dois vivre une vie abondante et cela, dans tous les domaines de ma vie. Il suffit de lire certains commentaires sur les réseaux sociaux pour se rendre compte à quel point cela est inscrit dans la façon de penser de nombreux chrétiens. Je crois que cette façon de penser est devenue une véritable forteresse.

Vous allez peut-être me dire que je suis à contre-courant et que c’est moi qui ait une forteresse. Cependant laissez-moi vous expliquer. Nous rencontrons de différentes manières des chrétiens qui sont au bout du rouleau, qui n’en peuvent plus et qui progressivement reprennent feu. Leur situation a-t-elle changé ? Non ! Pourtant ils vivent la vie abondante, celle qui est réellement promise par Dieu. Dans la mentalité d’aujourd’hui, ce n’est plus Dieu qui est mis en avant mais notre « Moi » : mon ministère, mon épanouissement, mon travail…

Il y a quelques années en arrière, j’ai suivi une formation chrétienne sur la gestion. Dans cette formation, il était clairement expliqué ceci : « Si dans ton travail tu ne vis pas un épanouissement complet, c’est que tu n’es pas à la bonne place ». Je suis ressortie de cette formation frustrée en demandant à Dieu : « Où ai-je raté le coche ? Dirige-moi vers le bon emploi ». Le résultat de cet enseignement était que je ne vivais plus le moment présent comme une grâce et une bénédiction de la part de Dieu mais comme une frustration au quotidien de ne pas être la bonne personne à la bonne place.

Si je vous partage cela, c’est que je me rends compte qu’aujourd’hui un grand nombre d’enfants de Dieu vivent cette frustration, qu’elle soit dans leur domaine professionnel, dans leur vie de couple, dans leurs finances, dans leur service pour Dieu… et je suis convaincue que l’ennemi utilise cette frustration pour leur faire du tort et les amener à faire des choix qui seront hors de la volonté de Dieu.

Oh nous ne voulons pas avouer cette frustration mais elle est pourtant présente et accomplit une œuvre de mort. Je ne sais pas si vous lisez parfois les écrits de « Portes ouvertes » une ONG au service des chrétiens persécutés ? Si vous ne la connaissez pas, je vous invite à lire les écrits publiés par cette ONG et à vous laisser interpeller. Souvent, je me suis demandée ce que ces chrétiens devaient penser de ce verset cité plus haut. Je suis convaincue qu’ils vivent la vie abondante dont Jésus nous parle. Pourtant, aucun rapport avec celle que nous recherchons.

Il y a bien des années, le Seigneur m’a interpellée sur les Huguenots. Les Huguenots ont subi une persécution terrible mais, quelle vie abondante en Jésus-Christ. Oui, Ils étaient pleins à déborder de la vie de Christ. Paul, un apôtre incroyable, nous dit dans Philippiens 4.12 : « Je sais vivre dans l’humiliation, et je sais vivre dans l’abondance. En tout et partout j’ai appris à être rassasié et à avoir faim, à être dans l’abondance et à être dans la disette ». Paul vivait des moments d’humiliation, de disette. Croyez vous qu’il a vécu toutes ces difficultés parce qu’il n’avait pas compris comment vivre Christ au quotidien ? Non ! Il nous dit qu’il a appris. Qu’a-t-il appris ? Il a appris à mettre sa confiance en Dieu. Il a appris à laisser Dieu être souverain de sa vie. Il a appris à regarder au-delà des situations, des circonstances. Il a appris à courir vers le but pour remporter le prix de la vocation céleste de Dieu en Jésus-Christ (Philippiens 3.14). Il a appris à persévérer : un verbe pas trop à la mode dans notre génération « micro-onde » dans laquelle nous voulons tout et tout de suite.

Je ne suis pas en train de dire que Dieu ne guérit pas, ne pourvoit pas, ne restaure pas… que du contraire ! Le Seigneur nous invite à Lui exposer nos besoins quels qu’ils soient ; mais ce que je crois c’est que Dieu fait toute chose bonne en son temps (Ecclésiaste 3.11).

La Parole nous dit dans Romains 12.2 : « Ne vous conformez pas au siècle présent, mais soyez transformés par le renouvellement de l’intelligence, afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait ».

Je suis en contact avec de nombreux chefs d’entreprise, coachs en tout genre… et je peux vous assurer que le siècle présent nous propose de nous centrer sur notre moi et notre épanouissement personnel. N’est-il pas temps pour nous chrétiennes de nous centrer sur Christ et de nous décentrer de nous-mêmes ! Arrêtons de croire que Dieu n’est pas avec nous ou que nous ne sommes pas là où il nous veut parce que nous rencontrons des difficultés et de l’opposition.

La vie abondante c’est cela : Christ au centre de notre vie !

Je laisse tout cela à votre réflexion.

Corinne – EZ37M

Le droit de vivre !

Jean 10.10 – Je suis venu afin que les brebis aient la vie, et qu’elles soient dans l’abondance.

Le titre de cette pensée peut vous sembler surprenant. En effet, nous naissons et personne ne nous demande notre avis, nous voilà sur terre, appelés à la vie. Pourtant, bon nombre de personnes ont le mal de vivre allant même parfois jusqu’au suicide. Dans une société où il est véhiculé sans cesse l’épanouissement de sa personne, la beauté, la richesse, de plus en plus de personnes sont en souffrance et VIVRE leur est devenu difficile, la barre de l’acceptation de leur personne telle qu’ils sont étant trop élevée. C’est ainsi que progressivement, elles s’enferment sur elles-mêmes, pensant qu’elles ne seront jamais à la hauteur, que leur vie n’est utile en rien et pour personne. Nous sommes pourtant appelées par Dieu à la vie et à la vie abondante en Lui.

C’est ainsi que quand notre cœur et notre être sont touchés par l’amour de notre Seigneur, c’est comme si pour la première fois, nous nous sentions réellement vivre. S’installe aussi progressivement en nous la perception du pourquoi nous sommes nées et le désir de le vivre pleinement et en abondance car tel est le désir de Dieu. Certaines embûches peuvent être sur notre chemin mais nous continuons de marcher avec espérance et comme le dit le dicton : « L’espoir fait vivre ». Ce qui n’est pas complètement faux.

Certains et certaines vont ainsi continuer cette course dans la joie et avec plein d’enthousiasme, ils seront affermis. Malheureusement, pour d’autres, il y aura un arrêt net de cette marche à cause d’une chute et de toutes les conséquences de cette chute. Certaines retourneront à leur ancienne manière de vivre et d’autres resteront attachées à leur Sauveur mais peut-être refuseront elles même, d’une manière inconsciente, de se permettre tout simplement de vivre. En effet, elles ne sont pas comme le monde car elles aiment Dieu, mais rejetées par leur famille, « amies » et par la communauté chrétienne parce qu’elles sont tombées. Il est très difficile à ces personnes de se remettre debout. En effet, l’ennemi n’a de cesse, dès qu’elles commencent à se relever, de leur rappeler qu’elles sont tombées et que jamais elles ne pourront vivre le pourquoi elles sont nées. Il est même incroyable de voir comment les gens utilisent la chute de quelqu’un pour ensuite dire tout et n’importe quoi sur cette personne, exagérant, mentant, calomniant.

Je crois que quand nous faisons cette œuvre de mort, nous dissimulons, peut-être même involontairement, nos propres fautes en étalant au grand jour celles des autres. La question qui se pose est : ces autres ont-ils droit à la vie ? Loin de prôner le péché sous toutes ses formes, bien souvent, la personne qui est tombée et qui est restée attachée à Dieu, s’est humiliée devant son Dieu, se sait pardonnée de Dieu mais pourtant, elle ne se donne pas forcément le droit de vivre. Elle mesure toutes les conséquences de son acte et ne s’autorise plus à être joyeuse, heureuse, c’est comme si toute sa vie tournait maintenant autour de sa chute. S’il y a des conséquences au péché et que Dieu châtie celui qu’Il aime, le désir de Dieu n’est pas qu’une personne reste à terre. Non, son désir depuis la chute d’Adam a toujours été de relever et de donner une nouvelle possibilité de vivre et sentir à nouveau son cœur battre.

Tu as peut-être péché, tu es resté attachée à Dieu, tu t’es humiliée devant Lui. Il y a eu cependant des conséquences parfois graves à ton ou tes actes et aujourd’hui, tu ne t’autorises plus de vivre. Ton désir est de plaire à Dieu, de Le suivre mais Dieu a plus pour toi. Aujourd’hui Il te dit : « Accepte de vivre ! Même si l’ennemi te dit le contraire, tu as à nouveau le droit de vivre. Je suis venu pour que mes brebis aient la vie et qu’elles l’aient en abondance. Tu es appelée aujourd’hui à la vie par Dieu. Accepte de vivre et laisse-Le conduire ta vie. Il va mettre un chemin dans le désert et des fleuves dans la solitude. C’est le temps pour toi de dire : je ne mourrai pas, je vivrai et je raconterai les œuvres de l’Éternel ».

Ceins tes reins, mets tes chaussures et prend ton bâton, c’est le temps pour toi de vivre la Pâque, ta résurrection !

Avec tout mon affection.

Corinne

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén

fr French
X
AILES

GRATUIT
VOIR