« Ne vous livrez pas à l’amour de l’argent ; contentez- vous de ce que vous avez ; car Dieu lui-même a dit : Je ne te délaisserai point, et je ne t’abandonnerai point. »
Hébreux 13 : 5

Il peut arriver qu’en écoutant les autres raconter leurs vacances, leur réussite professionnelle, ou à les regarder vivre dans des conditions visiblement plus agréables que les nôtres, on pourrait se sentir envieux ou triste, se demander pourquoi eux et pas nous ?

En entrant dans la comparaison, on a vite fait de se sentir démoralisé, ou tellement moins bénis que les autres. Frustré de ce que notre vie n’est pas, ou de ce qu’on ne peut pas se permettre ou expérimenter.

Pourtant deux points sont importants à souligner : ce que l’on voit ou sait de la vie des autres n’est qu’un aspect de leur vie. On ne voit pas sur cette façade tout ce qui se cache comme combat, difficulté, ou quelconque autre revers de la médaille.
Et aussi que ce que l’on a peut être précieux et bénissant selon ce qu’on en fait.

Vous n’avez peut-être que cinq pains et deux poissons et l’autre a un gâteau au chocolat fait maison accompagné de fruits savoureux et une bouteille de boisson chaude. Pourtant Dieu a su faire un merveilleux miracle avec ces cinq pains et deux poissons (Luc 9) grâce au fait que celui qui « n’avait que ça » a su l’offrir à Jésus pour que ce soit utile.

Lorsqu’on a quelque chose qui semble moins bien que l’autre, on peut pourtant le transformer en quelque chose de bien et agréable ou bien utile dans notre mesure.

L’important n’est pas d’avoir plus ou mieux que l’autre. L’important est de savoir apprécier et bien utiliser ce que l’on a. Si on le confie à Dieu, il saura en faire quelque chose de bon.

Cornélia