Esaïe 50.5 – Le Seigneur, l’Eternel, m’a ouvert l’oreille, Et je n’ai point résisté, Je ne me suis point retiré en arrière.


Il y a des tensions dans nos vies que sont dues au fait que nous refusons de lâcher-prise.

Imaginez un instant une corde. D’un côté, une personne qui tient la corde et de l’autre, une autre personne qui tient la corde. Chacun tire la corde de son côté. Cela crée une tension sur la corde.

Telle cette corde, notre être peut subir des tensions car nous sommes tiraillées. Nous voulons que cela aille dans notre sens. Nous résistons.

Jésus nous dit dans sa Parole : « Celui qui voudra conserver sa vie la perdra mais que celui qui la perdra à cause de moi la retrouvera » (Matthieu 10.39).

On imagine souvent en lisant ce passage un temps de persécution. Etre capable de perdre sa vie pour Jésus en ne reniant pas sa foi.

Si ce passage des Ecritures peut se lire ainsi, il m’amène également à penser que je dois perdre pour gagner. Je dois mourir pour vivre. Mourir à mes propres ambitions, mourir à mon Moi, ne pas résister.

Chacune d’entre nous ne sera pas forcément confrontée à la persécution, mais il va sans dire que chacune d’entre devra s’abandonner, devra mourir à son Moi et ce sera une décision de chaque jour.

Luc 6.31 nous dit : « Ce que vous voulez que les hommes fassent pour vous, faites-le de même pour eux ». Ce verset nous amère aux antipodes de notre nombril et de notre nature égoïste.

Allons-nous enfin accepter de lâcher-prise et de mourir pour vivre, vivre réellement la vie que notre Dieu a prévue depuis toute éternité ?

Bonne réflexion.

Corinne – EZ37M