Étiquette : Matthieu 7.12

Tout ce que vous voulez

Matthieu 7.12 – Tout ce que vous voulez que les hommes fassent pour vous, faites-le de même pour eux, car c’est la loi et les prophètes.

Nous vivons dans un siècle où la gratuité est quasi inexistante et malheureusement, nos relations sont souvent empreintes de cette mentalité. « Je deviens ton amie, je viens vers toi, je te parle car tu peux m’apporter quelque chose » et non, « je deviens ton amie, je viens vers toi, je te parle parce que tu es toi et que je désire mieux te connaître pour qui tu es, et non pour ce que tu vas me donner ».

C’est un triste constat et trop de nos relations sont entachées de ce mode de fonctionnement. Nous allons vers l’autre, non pour donner mais pour recevoir et toujours recevoir. Nous agissons d’ailleurs souvent également de la sorte avec notre Seigneur.

La Parole nous dit qu’il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir (Actes 20.35). Nous fonctionnons bien trop souvent à l’inverse de ce que le Seigneur nous dit. La Parole de Dieu nous invite à faire aux autres ce que nous aimerions que l’on nous fasse. Aimerions-nous qu’on nous tourne en dérision ? Aimerions-nous qu’on nous réponde avec légèreté, brodant avec des pseudos vérités ? Aimerions-nous qu’on nous pose « des lapins », aimerions-nous qu’on nous regarde de haut, aimerions-nous… ? Bref, la liste est longue.

Je vais vous raconter deux petites histoires : j’étais allée dans les toilettes à mon travail et la poubelle regorgeait de papiers essuie-mains et il y en avait plein le sol. Ma première réaction a été de jeter le papier direction la poubelle sans me préoccuper vraiment s’il tombait dans la poubelle, devant me dépêchée car un gros travail m’attendait. Et là, cette parole est venue sur mon cœur : « Ce que vous voulez que les hommes fassent pour vous, faites-le de même pour eux » (Luc 6.31). J’ai pensé à cet instant à la femme de ménage et je me suis baissée, j’ai pris tous les papiers qui étaient sur le sol, et j’ai tout mis dans la poubelle et bien tassé, tout rentrait sans difficulté. J’ai senti à ce moment-là un grand bien-être dans mon cœur. Nombreuses peuvent penser que ce n’est qu’une petite chose mais le Saint-Esprit ne manque jamais de nous rappeler ce que nous pouvons considérer comme des petites choses mais qui sont tellement importantes aux yeux de Dieu.

Une autre fois, nous avions prévu des choses personnelles et il nous a été demandé d’emmener un serviteur de Dieu à plusieurs kilomètres de chez nous afin qu’il puisse prêcher car il n’avait pas de véhicule. Faire 5 heures de route aller/retour pour que nous prêchions, pas de problème mais pour qu’un autre prêche ! De plus, la semaine avait été assez difficile et nous aspirions à nous reposer. Et là, le Seigneur me dit : « Si toi, tu devais aller prêcher loin, qu’une communauté attende ce que tu vas leur dire de ma part, et que tu n’aies pas de moyen de locomotion, aimerais-tu qu’on t’emmène du point A au point B ? ». Vous connaissez bien entendu ma réponse. Nous sommes donc partis avec ce serviteur de Dieu, la joie dans le cœur de faire ce que nous devions faire et nous avons été fort bénis.

Réfléchissons un peu à ce que nous aimerions que les autres fassent pour nous, juste un instant. Prenons deux minutes de notre journée et réfléchissons… Ca y est ? Maintenant, décidons de faire aujourd’hui à quelqu’un ce à quoi nous venons de penser et la joie remplira notre cœur. Et n’oubliez pas, c’est une décision de chaque jour !

Bonne réflexion.

Corinne – EZ37M

Tendons la main

La Bible dit dans 1Cor 10:23 : »Toutes choses me sont permises, mais toutes choses ne sont pas convenables; toutes choses me sont permises, mais toutes choses n’édifient pas. »

Ou dans Jacques 4 : 11 « Ne parlez point mal les uns des autres, frères. Celui qui parle mal d’un frère, ou qui juge son frère, parle mal de la loi et juge la loi. Or, si tu juges la loi, tu n’es pas observateur de la loi, mais tu en es juge. »

Ces derniers temps, il y a une grande tendance sur les medias sociaux : la culture du sensationnel. En général les faits rapportés ou publiés ne le sont pas dans un soucis de bienveillance et d’amour, mais on est plutôt dans la médisance. C’est quoi médire? Le dictionnaire le définit comme « Dire (de qqn) le mal qu’on sait ou croit savoir sur son compte. « Dans un sens médire est une forme d’orgueil. c’est penser que l’on est mieux que les autres. La Bible dit pourtant en romain 3 :23  » Car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu; » il n y a point de petits ou de gros péchés. Tout est péchés ! 

Alors pourquoi rapporté des faits qui n’édifient point ? Rappeler vous donc de l’histoire de la femme adultère, ou celle de Zachée,… Les gens autour murmuraient et étaient prompt à condamner , mais Jésus, Lui, par amour leur a tendu la main et leurs vies ont été changées. J’ aime beaucoup cette histoire de Socrate qui a comme titre « les 3 passoires. »

– « Sais-tu ce que je viens d’apprendre sur ton ami ? »- « Un instant, répondit Socrate. Avant que tu ne me racontes tout cela, j’aimerais te faire passer un test rapide. Ce que tu as à me dire, l’as-tu fait passer par les trois passoires ? »- « Les trois passoires ? Que veux tu dire ? »- « Avant de raconter toutes sortes de choses sur les autres, reprit Socrate, il est bon de prendre le temps de filtrer ce que l’on aimerait dire. C’est ce que j’appelle le test des trois passoires. La première passoire est celle de la VÉRITÉ. As-tu vérifié si ce que tu veux me raconter est VRAI ? »- « Non, pas vraiment, je n’ai pas vu la chose moi-même, je l’ai seulement entendu dire. »- « Très bien ! Tu ne sais donc pas si c’est la vérité. Voyons maintenant, essayons de filtrer autrement, en utilisant une deuxième passoire, celle de la BONTÉ. Ce que tu veux m’apprendre sur mon ami, est-ce quelque chose de BIEN ? »- « Ah, non ! Au contraire! »- « Donc, continue Socrate, tu veux me raconter de mauvaises choses sur lui et tu n’es pas sûr qu’elles soient vraies. Ce n’est pas très prometteur ! Mais tu peux encore passer le test, car il reste une passoire : celle de l’UTILITÉ. Est-il UTILE que tu m’apprennes ce que mon ami aurait fait ? »- « Utile ? Non, pas vraiment, je ne crois pas que ce soit utile. »- « Alors, conclut Socrate, si ce que tu as à me raconter n’est ni VRAI, ni BIEN, ni UTILE, pourquoi vouloir me le dire ? »

Alors frères et sœurs , la prochaine fois que vous avez une histoire à partager, posez vous la question. Qu’aurait fait Jésus à ma place? Cette histoire, si je la partage, serais ce une aide pour mon frère ou ma sœur? Apprenons à faire comme Jésus, apprenons à tendre la main et par amour relever ceux qui tombent. Matthieu 7:12 dit: « Tout ce que vous voulez que les hommes fassent pour vous, faites-le de même pour eux, car c’est la loi et les prophètes » et si jamais vous pensez que vous ne pouvez pas tomber n’oubliez pas Proverbes 16:18 dit  » L’arrogance précède la ruine, Et l’orgueil précède la chute. »

A partir de maintenant quand on vient vous raconter une histoire ou quand vous voulez en relater une, faites la passer par les 3 passoires. Suivons donc notre maître et tendons la main avec amour à ce qui en ont besoin, faisons montre d amour et de bienveillance et qui sait une vie peut être changée pour la gloire de Dieu par ce simple geste Que Dieu vous bénisse et vous garde.

Leyla

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén

fr French
X
AILES

GRATUIT
VOIR