1 Thessaloniciens 5.16 : Soyez toujours dans la joie. 

Ce verset est souvent cité par les chrétiens, peut être des fois mal à propos lorsqu’il s’agit de consoler une personne qui vient de perdre un parent proche, bon là j’exagère un peu, mais lorsqu’une personne est triste cela ne va pas la consoler, ce n’est pas le bon verset, un chrétien peut être triste, hé oui on a tous et toutes des joies, des peines. Le chrétien tire sa joie de Dieu uniquement et la joie est une personne que l’on peut inviter dans son cœur, un sentiment que l’on peut entretenir, rien qu’en pensant à notre salut par la grâce et la possibilité d’entrer dans la présence de Dieu. Je dirais que c’est personnel et qu’elle peut être communiquée bien sûr, une personne joyeuse va mettre une atmosphère spéciale, et communiquer sa vie.

La joie n’est pas forcément naturelle, nous connaissons toutes des moments de joie, petits ou grands, un goûter d’anniversaire avec des personnes qu’on aime, la naissance d’un enfant dans la famille. Ces joies sont éphémères, elles peuvent être intenses et durer plus ou moins longtemps dans le temps. En fait j’ai voulu approfondir ce verset, parce qu’il est comme un commandement et j’ai voulu voir aux versets qui l’entourent et trouver peut-être des clés qui peuvent aider ou freiner cette joie.

Alors, déjà nous voyons que nous devons veiller au bon climat dans notre entourage, notre famille principalement, dans notre travail si nous le pouvons, en tout cas rechercher le bien en toutes occasions dans nos rapports humains. Pour avoir de la joie, il nous faut donc la paix et l’amour. Ensuite, être en constante relation avec Jésus, lui n’a jamais cherché à faire le mal, mais le bien en toutes occasions, et puis le remercier pour toutes choses. Ainsi pour avoir la joie, nous devons aussi avoir de la reconnaissance, savoir dire merci.

On dit qu’un cœur joyeux est un bon remède Proverbes 17-22, il ôte la fatigue, la mélancolie, la lourdeur, si je vous parle de tout cela, c’est parce que j’ai fait plusieurs dépressions dans ma vie, et que la tristesse est quelque chose de terrible, l’angoisse aussi, et je me dit que si le Seigneur nous demande d’être joyeuses, c’est sérieux, ce n’est pas une blague et c’est une chose possible, Il sait qu’on doit apprendre à être joyeuses, mais avec Sa joie que Lui donne, et je puise dans  les psaumes, celui qui dit que lorsque mes pensées sont agitées, tu viens me consoler, et tu me donnes l’allégresse, et celui qui dit que lorsque je me confie en toi tu renouvelle mes forces, oui parce ce que quand on se sent forte, on est forcément plus aptes à être joyeuses que si on est faibles ou malades, bien que certaines y arrivent, moi pas trop encore.  C’est un encouragement que je voudrais apporter, pas facile de livrer son cœur, car je n’arrive pas encore à exprimer cette joie, encore beaucoup de choses refoulées, en état de veille comme pour l’ordi, mais j’avais à cœur aujourd’hui cette pensée d’encourager toutes le femmes qui ont enterré leurs émotions par protection, par crainte, par des blessures subies, de laisser le Saint Esprit agir, d’essayer déjà les petites clés, rechercher la paix avec les autres, garder en tête cette communion avec Jésus, même si vous ne le ressentez pas forcément, savoir être reconnaissantes, savoir dire merci, à Dieu, mais aux hommes aussi, ça fait toujours du bien aux gens quand vous leur dites merci même pour un petit geste.

Que Dieu vous bénisse

Corinne Isabelle