Ps 103-5 C’est Lui que rassasie de biens ta vieillesse, Qui te fait rajeunir comme l’aigle.

Esaïe 40-31 Mais ceux qui se confient en l’Eternel renouvellent leur force. Ils prennent le vol comme les aigles. Ils courent et ne se lassent point, Ils marchent, et ne se fatiguent point.

L’aigle, cet animal royal est beaucoup cité dans la Parole, pour ses qualités, utilisé comme symbole par les prophètes, et par Jean dans le livre de l’Apocalypse.

Ce n’est pas un simple vautour, d’abord, il ne mange pas les cadavres, il est aussi interdit de le manger (voir les lois kascher). Pour certains, c’est le roi des oiseaux. Il se laisse aussi apprivoiser et c’est un beau spectacle que de voir ce grand oiseau voler haut dans le ciel, et revenir se poser sur le bras de son tuteur.

Mais, nous allons d’abord voir ses qualités, et nous poser la question de savoir pourquoi Dieu nous parle de rajeunir comme l’aigle. Le deuxième verset que j’ai cité est un de mes verset préféré, il nous invite à nous confier en toutes choses, pour que nous nous sentions légers, libres, sans fardeau.

L’aigle a une vie d’excellence, il prend soin de ce qu’il mange, il est très propre, vit en moyenne 60 à 80 ans, ce qui est beaucoup pour un oiseau, son nid est perché très haut dans les falaises et hyper grand. Il possède également un supra-vision, et cela me fait penser que notre regard, c’est notre âme, qu’il faut choyer nos visions.

Il a une capacité de concentration et de persévérance exceptionnelle. Sachons nous aussi apprendre à nous concentrer lorsque nous prions, lisons la Parole, nos pensées s’envolent souvent vers la rêverie, sachons aussi persévérer dans nos quêtes, nos objectifs.

Il sait être solitaire, mais lorsqu’il tombe amoureux, c’est pour la vie, il est fidèle, et soigne sa compagne, sachons nous aussi reconnaitre les saisons de notre vie.

Il est joyeux, aime à voler très haut et faire des piquer ras du sol, pour s’amuser. Ce qui est extraordinaire, c’est qu’il peut traverser une tempête, continuer de voler, sait utiliser les angles, les courants des vents. Ce qu’il préfère avant tout est de se percher très haut. Il ne baisse jamais les bras.

Le petit aiglon est éjecté du nid à trois mois, à coups de becs et de griffes, et oui, il apprend son indépendance ainsi, c’est peut-être ce qui le rend fort, il fait son apprentissage tout seul. Nous, nous ne sommes pas seuls, mais nous devons apprendre à dépendre de Dieu pour être forts, c’est aussi tout un apprentissage. Nous aussi on nous a éjecté du nid en quelque sorte lorsque nous avons pris la décision d’accepter Jésus, nous ne connaissions rien du nouveau Royaume.

Mais le plus extraordinaire que j’ai appris, alors que dans ma tête je cherchais une explication à ce verset, que Dieu était capable de nous faire rajeunir comme l’aigle dans notre vieillesse, pourquoi David a écrit ce verset ? J’ai découvert, qu’à un certain moment de sa vie, l’aigle n’arrive plus à saisir une proie, son bec se plie, ses serres sont usées, ses ailes sont lourdes, ses plumes collent à sa poitrine et il a du mal à voler.

Alors, et j’ai eu la chair de poule vraiment en lisant l’article, l’aigle va procéder, et ceci est obligatoire pour chaque aigle, à un douloureux processus de changement, pour que son espérance de vie atteigne son maximum, là, il en est à peu près à la moitié de sa vie. Il va s’installer en haut d’une montagne et cogner son bec jusqu’à la cassure, un nouveau bec va repousser, et puis il arrachera ses serres aussi. Puis, il enlèvera ses vieilles plumes âgées. Et c’est là que l’aigle prend son nouvel envol de renaissance.

Bon j’ai compris ce que David voulait dire, et pourquoi dans ses psaumes, il parle souvent de l’aigle. Alors cela me fait penser que Dieu nous émonde également, parce ce que nous pouvons avoir toutes sortes de mauvais rejetons, et il bon qu’Il le fasse, le processus est quelques fois douloureux, certes, mais Il le fera progressivement. Alors, qu’Il nous voit encore comme des aigles, malgré que nos âges avancent c’est plutôt cool, même si notre corps ne peut plus faire certaines choses comme à 20, et que notre esprit est moins vif, besoin de plus de repos.

En tout cas, j’espère que ce modèle de l’aigle vous a inspiré, comme moi, j’ai appris des choses que j’ignorais, et j’aime beaucoup les récits dans lesquels la Parole nous parle au travers d’animaux, soyez bénies.

Avec mon amitié.

Corinne Isabelle