Psaumes 23.4 : Ta houlette et ton bâton me rassurent

Avant la venue de Jésus, Dieu lui-même est comparé à un Berger. Un bon berger connait individuellement chacune de ses brebis et en prend soin, panse leurs plaies, les portent quand elles sont fatiguées, écarte les épines, chasse les bêtes sauvages, et oint leurs têtes d’un mélange pour éloigner les insectes. En fait son bâton lui sert à la fois d’appui, et d’armes contre les serpents, ou autre animal qui voudrait s’attaquer à son troupeau, également à battre les hautes herbes, les ronces lors de l’alpage. Sa houlette lui sert à attraper avec tendresse une brebis plus audacieuse qui voudrait lui faire mal.

Et on peut voir dans cette partie du verset que ce sont des objets qui rassurent. Et dans la bible, on peut voir aussi le bâton de Moïse, qui protégeait les Hébreux des morsures de serpents. Ainsi, le bâton n’est pas un instrument pour châtier, maiss bien pour chasser ce qui pourrait nous nuire. Dieu n’a-t-il pas dit qu’il combattrait pour nous ?

C’est surtout la houlette qui m’interpelle, parce ce que ce matin, j’ai eu vraiment cette pensée de la houlette qui me ramenait à Jésus, quand mes pensées, mes émotions venaient à dévier et que j’avais du mal à me reconcentrer sur Lui.

Sachons porter un autre regard sur nous-mêmes, on s’est moqué de moi l’autre jour quand j’avais posté qu’il fallait avoir confiance en soi, on m’a répondu en Dieu seul, je ne crois pas, il faut aussi apprendre à reprendre confiance en soi, et venir devant Dieu sans mauvaise conscience, il sait tout, il connait tout, il nous aime. Sachons le remercier pour tous les progrès que nous faisons suite à nos prières, il sera plus réjoui que si nous nous lamentons encore sur ce qui ne va pas.

J’ai parlé de vieilles pierres la dernière fois, et c’est vrai, il nous faut les discerner et les confier à Dieu, mais pourtant, Il n’agit pas instantanément, entre à ce à quoi j’aspire, et ce que je vis, je vois cependant une différence, mais je vois aussi que Dieu a entendu ma prière, et que je lui ai demandé pardon, il va tout mettre en place pour que je puisse y arriver. C’est comme quelqu’un qui va demander pardon à Dieu pour son manque de patience, et lui demande de lui donner de suite. Il aura l’impression de continuer à pécher et c’est là le piège de l’ennemi et aussi de notre capacité humaine à progresser. Jésus nous demande d’atteindre la perfection, c’est vrai, mais cela ne vient pas en un jour, d’un coup de baguette magique.

Apprenons à porter un regard neuf sur nous-mêmes, en sachant que le sang de Jésus nous purifie en permanence, Ainsi, nous pouvons venir devant Dieu avec une conscience purifiée, nous rassurer sachant qu’Il nous connait parfaitement, Il sait ce qu’il y a encore à faire, mais plutôt que de lui demander encore et encore de nous enlever nos défauts, apprenons à Lui dire merci pour ce qu’Il accomplit en nous, je pense qu’Il sera plus réjoui.

Avec notre amitié

Corinne Isabelle