Étiquette : Jérémie 1.5

Non, tu n’es pas un accident

Comme c’est dimanche, voici un spiritual coaching en vidéo.

Que Dieu vous bénisse en abondance. Excellent dimanche.

L’appel

Actes 6.2 et 3 – …Il n’est pas convenable que nous laissions la parole de Dieu pour servir aux tables. C’est pourquoi, frères, choisissez parmi vous sept hommes, de qui l’on rende un bon témoignage, qui soient pleins d’Esprit Saint et de sagesse, et que nous chargerons de cet emploi.

Nombreux sont les enfants de Dieu qui cherchent leur appel et ce, parfois désespérément.

En premier lieu, j’aimerais dire que vous n’êtes pas le fruit du hasard mais que Dieu en vous tissant dans le ventre de votre mère vous avait déjà choisie (Jérémie 1.5).

La seconde est que l’époque, la génération dans laquelle tu évolues est celle choisie par Dieu. Il ne s’est pas trompé de date. Tu es née pour un temps comme celui-ci.

Certaines me rétorqueront peut-être mais alors pourquoi je n’arrive pas à connaître exactement mon appel ou pourquoi je n’arrive pas à entrer dans mon appel ?

La première des choses c’est d’entendre cet appel. Cela porte bien son nom « APPEL ». Quand vous recevez un appel téléphonique par exemple, vous avez deux alternatives. Soit vous décrochez, soit vous laissez sonner. Si vous décrochez, vous allez prendre le temps d’écouter votre interlocuteur.

Avec Dieu, il en est ainsi, il nous faut prendre le temps de l’écouter.

Et quand nous avons écouté, pourquoi n’entrons-nous pas dans ce que Dieu nous a demandé.

Tout d’abord, j’aimerais dire que l’appel de Dieu n’est pas micro-ondes, mais c’est un cheminement, un pas après l’autre.

La deuxième chose est que souvent, nous courons derrière des serviteurs de Dieu afin d’entendre la confirmation de notre appel et Dieu fait grâce et le confirme mais ensuite, que faisons-nous ?

Si nous restons au stade de l’écoute, rien ne se passera.

Nous devons décider de nous lever et de répondre à l’appel de Dieu avec les éléments qui sont entre nos mains. Ce n’est peut-être qu’une petite graine mais il nous faut la planter.

Ensuite des enfants de Dieu s’étonnent de ne pas entrer dans leur appel car ils ont été appelés prophètes, pasteurs, ….

Tout d’abord, il est important d’accepter d’être formée que cela soit par des cours et/ou aux côtés d’un mentor. Si vous prenez Elisée, il fût aux cotés d’Elie, Timothée fut aux côtés de Paul, et les disciples aux côtés de Jésus. Serions-nous différentes ? ayant la science infuse ?

La Parole de Dieu nous encourage également à faire ce que notre main trouve à faire (Ecclésiaste 9.10) et ce, même si cela semble pour nous des tâches subalternes. Cependant, Dieu n’a pas le même regard que nous et ce qu’Il voit c’est notre fidélité à faire des petites choses et ce, afin de nous en confier des plus grandes (Luc 16.10).

Donc quand nous recevons l’appel, ne nous étonnons pas que des portes s’ouvrent sur des petites choses, des petits commencements. Demeurons fidèles dans ces choses et nous verrons Dieu nous ouvrir de nouvelles portes qui progressivement nous amèneront dans notre appel initial.

Je laisse ces quelques pistes à votre réflexion.

Excellente journée et bonne entrée dans votre appel.

Corinne – Centre Apostolique EZ37M

Créée pour un but !

Galates 1.15 – Mais Dieu, dans sa grâce, m’a choisi avant même que je sois né et m’a appelé à le servir (BFC).

Mes bien-aimées, si Paul pouvait dire cela, si Esaïe pouvait dire la même chose (Esaïe 49.1), ou encore Jérémie (Jérémie 1.5) et David (Psaumes 139.16)… cela veut dire qu’il en est de même pour vous et moi !

L’Éternel a tout fait pour un but nous dit le Proverbe 16.4. Tu as été conçue dans un but bien précis. Peu importe que tu aies été voulue ou pas par tes parents biologiques, tu as été désirée par le Père Céleste. Il savait déjà ce qu’Il voulait faire de toi avant ton existence ; n’est-Il pas Celui qui appelle les choses qui ne sont point comme si elles étaient (Romains 4.17).

La question qui se pose c’est : « Si c’est le cas, pourquoi tous ces déboires ? Pourquoi avons-nous frôlé la mort plusieurs fois ? Pourquoi la « vie » est-elle si dure avec nous ? ».

Si l’Éternel nous a choisies pour un but précis, et c’est le cas, Il veut nous former, et reconnaissons qu’Il veille sur nous comme sur la prunelle de Ses yeux ! Toutes ces difficultés n’ont qu’un seul but, nous rendre capable d’aimer ! Aimer Dieu et notre prochain. Chaque souffrance, chaque épreuve, chaque échec te préparent pour être « la main » de Dieu au service des autres. As-tu vécu le rejet ? Après t’avoir consolée, le Seigneur fera de toi l’instrument de sa consolation pour les rejetées. As-tu vécu l’injustice ? Dieu fera de toi le défenseur des opprimées ! As-tu vécu le divorce, l’abandon, la maladie, la « chute libre », la violence, la déprime… Dieu fera de toi la spécialiste dans ce domaine pour manifester sa grâce envers celles qui traversent les mêmes difficultés que toi !

Mes bien-aimées, nous ne sommes pas nées pour passer à côté de notre destinée. Le diable nous a trop menti avec ses « tu ne vaux rien », « tu ne sers à rien », vous ne trouvez pas ?

Même si tu vis dans un échec, quel qu’il soit, c’est le bon moment pour te relever ! Ne laissons pas tout ce potentiel de formation être perdu, revenons à notre Père de tout notre cœur et devenons sa « main tendue » pour celles et ceux que Dieu placera sur notre chemin.

Bonne réflexion.

Corinne – EZ37M

La fabrique du Chef-d’œuvre

Psaume 139 :13-16 – Tu m’as fait ce que je suis, et tu m’as tissé dans le ventre de ma mère. Je te loue d’avoir fait de moi une créature aussi merveilleuse, et je le reconnais bien. Mon corps n’était pas caché a tes yeux quand, dans le secret, je fus façonné et tisse comme dans les profondeurs de la terre. Je n’étais alors qu’une masse informe, mais tu me voyais et, dans ton registre, se trouvaient inscrits tous les jours que tu m’avais destiné alors qu’aucun deux n’existaient encore.

Je nous invite aujourd’hui à décortiquer ces quelques versets du Psaume 119. Pourquoi ? simplement parce qu’il est impossible d’aimer les autres si ne nous aimons pas nous même. Simplement parce nous laissons le regard des autres nous forger alors qu’ils ne savent rien de nous. Simplement parce que nous avons besoin nous-même de savoir qui nous sommes. Qui d’autre que notre Créateur peut répondre à ces questions ?

1 Tu m’as tissé dans le ventre de ma mère, certaines versions disent tu as tissé mes reins. Le mot reins apparait une trentaine de fois dans la Bible, mais seulement 10 fois au sens figuré. Si vous lisez le Lévitique, on vous en parle souvent dans le code des sacrifices, on arrive aux reins, pendant la découpe des animaux, qu’en dernier. Donc les reins symbolisent l’être intime de l’homme, siège des émotions, des joies, des douleurs, des passions.

Jérémie 1.5 dit : « Avant que je t’eusse formé dans le ventre de ta mère, je te connaissais … »

Le tissage est un art fastidieux, qui prend du temps. Un art qui demande de la planification. On ne tisse pas un tapis comme l’on tisserait un foulard, ou encore une étoffe destinée à faire un vêtement. Cela veut dire que Dieu a pris tout son temps pour faire de nous qui l’on est, qui l’on sera, à quoi il nous a destinés.

Dieu nous a formés avec tous les paramètres dont nous aurions besoin. Là où il va nous placer, avec la passion que nous dédions à un sujet ou à un autre et qui nous fait réagir, avec les dons qu’il a mis en nous…

  1. Mon corps n’était pas caché à tes yeux.

Cela veut dire que Dieu sait très bien quel physique nous avons, la couleur de nos cheveux, notre voix, toutes les épreuves de vie, les circonstances qui nous ont façonnés. Rappelez-vous David, quand Goliath l’a vu, son apparence l’a emmené à le mépriser, à le sous-estimer, et donc il a baissé sa garde. Notre apparence suscite une réaction chez les personnes qui nous voient. D’ailleurs, l’on est prompt à sa faire une opinion rien qu’au premier regard que l’on jette à une personne, ou encore rien qu’en entendant sa voix au téléphone. On essaie d’imaginer la personne, et le plus souvent d’ailleurs, notre imagination va à l’opposé de qui la personne est réellement. Je me rappelle une fois avoir entendu Joyce Meyer dire lors d’une de ses prédications, qu’elle trouvait qu’elle avait une grosse voix pour une femme. Mais elle a réalisé, alors qu’elle entrait dans le plan de Dieu et commençait à prêcher, que si elle avait eu une petite voix, cela lui aurait donné moins de poids à ce qu’elle enseignait.

  1. Je n’étais qu’une masse informe, … tous les jours que tu m’avais destiné alors qu’aucun d’eux n’existaient encore.

Ce qui veut dire que Dieu sait exactement ce que nous vivons chaque jour. Avec lui rien n’est perdu, toutes les expériences que l’on vit à chaque minute, Dieu les utilisent pour nous former. Il sait pourquoi nous sommes nés à une période précise, pourquoi il nous a placés dans la famille dont nous faisons partie, ou encore dans le pays que nous habitons.

Prenons l’exemple de Joseph : il a eu des visions, qui ont amené ses frères à le haïr, l’amour que son Père lui portait aussi a contribué à creuser le fossé entre ceux-ci et lui. Donc, ils l’ont vendu aux Madianites connus pour être de grands commerçants. Le trajet à l’époque se faisait à dos de chameaux ou de chevaux. Joseph a surement appris de ces gens comment tenir ses finances. De là, il est vendu à Potiphar où il apprend la gestion d’un domaine, puis la femme de celui-ci le trouve beau et cela cause problème, il est donc accusé faussement et mit en prison, mais pas n’importe laquelle, celle où l’on met les fonctionnaires du palais, et voilà que Joseph apprend ce qui se passe en coulisse dans le palais. Et enfin, le voilà promu second après Pharaon. Joseph était né pour ce moment-là ! Ses capacités à apprendre, son physique… ont contribué à le faire passer par plusieurs vallées, mais aussi à le porter vers le temps T, celui où tout son parcours prend son sens, servir à la gloire de Dieu

2 cor 4.7 dit : « Nous portons ce trésor dans des vases d’argile (de terre), afin que cette grande puissance soit attribué à Dieu, et non pas à nous. »

Le verset cité comme référence commence par ce que je considèrerais comme la conclusion :  » Tu m’as fait ce que je suis ». Dieu a pris son temps et tout son amour pour nous faire. Et là où nous nous posons des questions sur notre physique, nos dons, nos passions, notre parcours, lui il nous connait parfaitement.

Prions aujourd’hui de ne pas développer de rancœurs tout au long de notre parcours, de nous voir avec les yeux de Dieu et pas ceux du monde afin qu’aucun complexe ne vienne freiner notre route, et surtout d’apprendre chaque jour de notre parcours, de laisser Dieu nous façonner, nous tisser tout au long car après tout qui mieux que lui sait à quoi nous sommes destinées.

Et à chaque nouveau jour, je veux dire : « Seigneur je te loue que je suis une créature aussi merveilleuse et je veux le reconnaitre. Quelle est donc ma leçon du jour Père ? »

Que Dieu vous bénisse et vous garde.

Leyla – RDC

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén

fr French
X
AILES

GRATUIT
VOIR