Mois : juin 2022 Page 1 of 4

Une si grande famine

Psaumes 33.18 à 20 – Voici, l’œil de l’Eternel est sur ceux qui le craignent, Sur ceux qui espèrent en sa bonté, afin d’arracher leur âme à la mort Et de les faire vivre au milieu de la famine. Notre âme espère en l’Eternel ; Il est notre secours et notre bouclier.…

Dans un autre passage il est même dit que ce sera pour toi et ta descendance.

On nous a annoncé une grande famine il y a plusieurs années, mais le prophète a assuré que les enfants de Dieu ne manqueraient de rien, et je vois sur les réseaux sociaux un vent de panique, je parle de chrétiens, qui disent faire des réserves, qui parlent de cultiver leurs propres légumes ; je ne dis pas que c’est mal de le faire, si on a du temps et si on aime faire cela, mais de le faire dans un esprit de peur et de panique, comme au temps de l’arrivée du covid, cela m’interpelle.

J’ai même entendu des chrétiens qui disaient qu’on allait manger de l’herbe !  Ce psaume me fait penser au verset qui nous demande de chercher le Royaume de Dieu en premier et que tout le reste nous sera donné en plus. Je ne dis pas qu’on ne va pas passer par des moments difficiles, et que c’est vrai beaucoup de produits, notamment céréaliers sont bloqués à cause de la guerre en Ukraine. Je m’étonne juste que ce sont les mêmes chrétiens qui nous ont annoncé des choses terribles suite à la vaccination, et qui remplissent des chariots plein d’huile de tournesol et de moutarde !!!

Des famines dans le monde, il y en a toujours eu, malheureusement, et certaines personnes ont plus de compassion pour les chiens de Roumanie que pour les enfants squelettiques d’Afrique ! Mais quand ça vient chez nous, quand il nous manque un produit, c’est la catastrophe ! Je veux simplement mettre le point sur le fait qu’il faut vivre au présent, encore une fois nous sommes envahis par les médias que ne cherchent qu’à semer la terreur, et à craindre le lendemain.

Alors je me pose cette question : où vais-je mettre ma foi ?

Corinne Isabelle

L’instant Sylvie

Le péché, si on en parlait ?

Jacques 5.16 – Confessez donc vos péchés les uns aux autres, priez les uns pour les autres afin que vous soyez guéris …

Aujourd’hui, je voudrais aborder un sujet dont nous avons difficile à parler, nous chrétiennes, surtout quand il s’agit de notre propre personne. Ce sujet s’appelle le péché. Il y a beaucoup de choses que l’on remarque chez les autres mais il faut avouer que, si nous sondons véritablement nos cœurs, nous allons y voir des faiblesses, faiblesses qui peuvent nous amener au péché. Il ne faut donc pas se voiler la face.

Dans notre verset, Jacques nous donne un précieux conseil. Le principe du diable c’est que les choses restent cachées. Il faut bien comprendre que dès qu’un péché est amené à la lumière de Christ, l’ennemi doit lâcher prise et ce péché perd de sa force. Il est bien évident que nous ne pouvons pas parler à tout le monde de nos problèmes et nos faiblesses, sinon nous prenons le risque de voir nos confessions faire le « tour de la planète » ; mais il est important, et je souligne important, de demander à Dieu à qui nous pouvons en parler afin que cette personne, une fois ce péché amené à la lumière de Christ, prie avec nous et qu’ainsi nous trouvions une pleine et entière liberté.

Il est dommage qu’aujourd’hui, une majorité d’enfants de Dieu fasse abstraction de ce passage des écritures car si nous le pratiquions, nous verrions des personnes dont les vies seraient pleinement transformées, guéries, restaurées.

Aujourd’hui, si cet écrit t’interpelle, c’est que Dieu veut te libérer de ce qui te retient captive parce qu’encore dans les ténèbres. Le Seigneur veut t’amener dans une pleine et entière liberté. Si tu te tournes vers Lui, Il te montrera la bonne personne pour en parler, recevoir la prière et enfin, être guérie. N’attend plus !

Bonne réflexion.

Corinne – EZ37M

Reviens dans le repos et la confiance

Esaïe 30.15 (a) – Car ainsi a parlé le Seigneur, l’Eternel, le Saint d’Israël : C’est dans la tranquillité et le repos que sera votre salut, C’est dans le calme et la confiance que sera votre force.

C’est ce que le peuple d’Israël n’avait pas compris et ce que le prophète lui reprochait d’ailleurs. Combien de fois ne l’avons nous pas compris nous-mêmes en faisant des « bras de fer » avec Dieu, au lieu de choisir d’obéir à ses prescriptions.

Dans les psaumes, David nous parle d’allégresse en méditant sa Parole, il nous dit que si nous faisons de l’Eternel nos délices, Il nous donnera tout ce que notre cœur désire. Dieu ne nous oblige jamais à rien, il n’écrit pas notre histoire, mais il nous observe, il désire que nous ayons du plaisir à vivre dans le calme de sa présence.

Ainsi, nous nous agitons souvent pour rien, et si je relis le verset je comprends que si je reste dans la tranquillité et le repos, c’est Dieu lui-même qui apportera les solutions à mes soucis, et si je lis que ma force est dans le calme et la confiance, mes addictions, mes problèmes émotionnels seront pris en charge par Dieu lui-même. En fait je l’ai expérimenté à plusieurs reprises, et Dieu est fidèle, si nous vivons des moments difficiles pour rétablir toutes choses.

Alors aujourd’hui peux tu prendre la décision de rester calme et de faire confiance à Dieu, inscrivant ce verset dans ton cœur ? De croire que Dieu est simple et que ce qu’il dit est digne d’approbation ?

Corinne -France

Pas seulement une semaine !

Jean 17.21 – Afin que tous soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et comme je suis en toi, afin qu’eux aussi soient un en nous, pour que le monde croie que tu m’as envoyé.

Chaque année, en janvier, il y a « la semaine de l’unité » : une semaine de l’année où les chrétiens de différentes confessions se retrouvent pour des temps de partage et de prière, le verset clef étant celui que je viens de citer : que tous soient un.

Si tous les temps de rencontres et de partages fraternels sont les bienvenus, l’unité se fait-elle pour autant ? N’est-ce pas un peu hypocrite de ne croire à l’unité qu’une semaine dans l’année ? Si même lors de ces temps, le Seigneur peut permettre une rencontre, un partage qui changera le cours de notre vie et notre vision, je crois que c’est chaque jour de l’année qu’il nous faut œuvrer à l’unité du corps de Christ.

Nous avons construit des murs de division, de séparation entre nous alors que ce sont des ponts que nous aurions dû dresser. Des ponts pour aller à la rencontre des uns et des autres, des ponts pour pouvoir échanger et partager ce que Dieu a mis au plus fort de notre cœur, des ponts permettant aussi au monde de reconnaître l’Église au cœur même de la ville. En construisant ces murs, nous avons également dressé des forteresses dans nos pensées. Certains mouvements allant jusqu’à prôner que hors ce mouvement, point de salut ! Triste non ?

Nous avons besoin que nos mentalités changent. Il n’est pas question ici de faire de l’œcuménisme qui est un mélange de tout et de n’importe quoi mais de vivre une réelle unité du peuple de Dieu sur sa ville afin que le monde voie et croit ! Nous avons beaucoup de difficultés à recevoir des autres, à accepter que les autres ont reçu quelque chose de la part du Seigneur. Pourtant, le corps n’est-il pas fait de plusieurs membres ayant besoin les uns des autres ? 1 Corinthiens 12.21 nous dit : « L’œil ne peut pas dire à la main : Je n’ai pas besoin de toi ; ni la tête dire aux pieds : Je n’ai pas besoin de vous ».

Quand allons-nous nous retrouver sous la bannière de Christ, seule bannière véritable et Le Seul qui puisse créer cette véritable unité ? Quand allons-nous réellement vivre cette unité sur nos villes ? Dans la Parole, il n’est nullement fait mention de l’église de tartempion ou de tartuffe. Non ! il est fait mention de l’Église de la ville, celle de Laodicée, celle de Philippes, etc. Ce qui fait l’unité n’est pas d’avoir les mêmes idées, la même façon de penser, la même façon de louer… C’est Christ et seulement Christ ! L’unité n’est pas l’uniformité. Si ma main ressemblait à mon nez, j’aurais de sérieuses difficultés.

Et si aujourd’hui, ensemble, nous faisions cette prière : « Seigneur, montre moi qui est mon frère, ma sœur, ôte mes peurs, mes préjugés et fais de ma vie une passerelle pour apporter la paix et l’amour et ce, chaque jour que Tu fais ! ».

Bonne réflexion !

Corinne – EZ37M

Un collyre pour oindre tes yeux !

Apocalypse 3.18 – Je te conseille d’acheter de moi de l’or éprouvé par le feu, afin que tu deviennes riche, et des vêtements blancs, afin que tu sois vêtu et que la honte de ta nudité ne paraisse pas, et un collyre pour oindre tes yeux, afin que tu voies.

C’est dans une lettre adressée à l’église de Laodicée que ce conseil a été apporté. Ne croyez-vous pas que cette lettre aurait pu être adressée à l’Eglise actuelle ?

Aujourd’hui, je voudrais m’arrêter sur « acheter un collyre pour oindre nos yeux afin que nous voyons ». Je crois que ce passage s’adresse à chacune de nous en particulier. Peut-être allez-vous me répondre : « Mais je vois très clairement ». Oui, peut-être que physiquement tu as une bonne vue, mais qu’en est-il de ta vue spirituelle d’aujourd’hui ? Que vois-tu ?

La vision que nous avons de notre état peut être parfois voilée, que cela soit par le péché qui nous enveloppe si facilement mais également par notre propre justice (je n’ai besoin de rien). Notre vision peut être déformée. Nous voyons des choses mais elles ne sont pas réellement ainsi si nous les voyons avec le regard de Dieu. Il en est ainsi de notre monde, nous voyons l’œuvre de l’ennemi et je pense que personne ne me contredira à ce sujet, mais l’œuvre de Dieu, la voyons-nous ? En parlons-nous ?

Nous pouvons avoir un mauvais angle de vision. Notre vision est portée sur notre situation, notre problème, alors que le Seigneur voudrait que nous levions les regards vers Lui d’où nous vient le secours (Psaumes 123.2).

Notre vision peut être étriquée. Je ne vois que ce qui se passe dans ma maison, ma communauté et tout me paraît bien. Mais aujourd’hui même, si je demandais à Dieu d’élargir mon champ de vision, que verrais-je ? La moisson est grande, très grande et il y a peu d’ouvriers. Cela pourrait être mon constat et pourrait m’amener à prier pour que des ouvriers se lèvent de partout non et peut-être accepter également de me lever ?

Notre vision peut être complètement trouble par rapport aux temps dans lesquels nous vivons et quant à la réalité des choses spirituelles. Nous vivons des choses dans nos communautés, nous nous rassemblons, nous lisons et méditons la Parole de Dieu et nous sommes libres de pouvoir parler librement de notre foi et de la vivre mais ailleurs, pas très loin, aux portes de nos pays, qu’en est-il ? Ma vision d’aujourd’hui me permet-elle de voir que demain, la persécution sera peut-être à ma porte ?

Je crois que beaucoup d’entre nous, nous pourrons nous retrouver plus ou moins dans l’une de ces définitions de la vision. Je ne sais si vous avez déjà observé quelqu’un qui reçoit un collyre dans ses yeux, mais si oui, vous aurez pu constater qu’il doit lever la tête et surtout le regard ! En ce jour, levons-nos yeux et prions : « Seigneur, mets un collyre sur mes yeux et donne-moi de voir ! ».

Bonne réflexion.

Corinne – EZ37M

Le Saint-Esprit, une chose ?

Galates 5.22 et 23 –  Mais le fruit de l’Esprit, c’est l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bénignité, la fidélité, la douceur, la tempérance …

Quelle douceur, quelle sensibilité, mais aussi quelle force, quelle puissance a notre cher Saint-Esprit.

Il est celui qui nous console, qui nous rassure, nous reprend, nous encourage, ….

Il est Dieu !

Cependant, mon époux et moi-même, faisons le triste constat que le Saint-Esprit est mis sur l’autel de notre « pseudo-spiritualité ».

Quelle tristesse d’entendre des personnes dirent que le Saint-Esprit les enseigne et qu’elles n’ont plus besoin de lire et méditer les écritures. Croyez-vous sincèrement que le Saint-Esprit va vous pousser hors du chemin des écritures qui est la Parole même de Dieu ?

D’autres, ne font pas un mouvement sans que le Saint-Esprit leur ait dit que c’était ok ?

Le Saint-Esprit est pleinement Dieu et Dieu ne parle jamais pour ne rien dire.

S’il peut nous dire un jour de ne pas prendre le même chemin que d’habitude parce qu’il veut nous faire rencontrer quelqu’un ou nous éviter un danger, Il ne va pas chaque jour nous dire le chemin à prendre.

Il en va de même avec notre quotidien. Dieu nous parlera si cela est nécessaire.

Alors mes amies, arrêtons de mettre le Saint-Esprit à toutes les sauces qu’elles soient bonnes ou mauvaises d’ailleurs.

Vous me rétorquerez peut-être que le Saint-Esprit est un ami. Oui, il est un ami mais il n’est pas un pote et ce qu’Il désire c’est de nous voir grandir à la stature parfaite de Christ. Que nous devenions des femmes matures, certes à son écoute mais également pleine de bon sens.

En effet, à un enfant, on lui dit tout ce qu’il doit faire et on le conduit partout où il doit aller. A l’adolescence, il est beaucoup plus autonome et à l’âge adulte, il a normalement du bon sens et fait preuve de sagesse.

L’auteur du psaume 119 l’avait compris quand il priait : Enseigne-moi le bon sens et l’intelligence ! Car je crois à tes commandements (Psaumes 119.66).

Devenons-donc ces femmes matures, remplies de l’Esprit mais également pleines de bon sens et manifestant les fruits de l’Esprit, car c’est à ses fruits que l’on reconnaîtra l’arbre et SEULEMENT à ses fruits.

Bonne réflexion.

Corinne – EZ37M

L’instant Sophie

Serions-nous plus royalistes que le Roi ?

Luc 6:12  En ce temps-là, Jésus se rendit sur la montagne pour prier, et il passa toute la nuit à prier Dieu.

Dans ce passage des écritures, notre Seigneur Jésus, le Seigneur des seigneurs, le Roi des rois, Celui qui est notre exemple à suivre s’est retiré toute une nuit sur la montagne pour prier, pour être en tête à tête avec son Père.

Il s’en est suivi le choix des douze apôtres. Un choix important qui devait se faire selon le cœur de Dieu et dans les desseins de Dieu.

Au jour d’aujourd’hui, nous sommes surpris mon époux et moi, du nombre de personnes qui disent être connectées H24 avec le Seigneur sans avoir besoin de prendre du temps à l’écart.

Notre Seigneur n’était-il pas lui-même en communion H24 avec son Père ? Pourtant, il n’hésitait pas à s’isoler pour des têtes à têtes.

La Parole de Dieu nous encourage à ces temps quand elle dit dans Matthieu 6:6  Mais quand tu pries, entre dans ta chambre, ferme ta porte, et prie ton Père qui est là dans le lieu secret ; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra.

Dans le secret, c’est-à-dire cachée aux yeux des hommes.

Dans ta chambre, c’est-à-dire dans ce lieu d’intimité.

Ferme la porte. C’est-à-dire, qu’il n’y ait que toi et Moi ton Père.

Mes amies, ne soyons pas plus royaliste que notre Roi et marchons dans ses pas, nous n’en serons pas moins spirituelles pour autant.

Bonne réflexion.

Corinne – EZ37M

L’instant Dominique

Page 1 of 4

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén

fr French
X

Rejoindre le canal TELEGRAM et

- participer à notre rencontre du 29 octobre 2022 à 10h00

- Recevoir l'encouragement du jour

X
AILES

GRATUIT
VOIR