Des femmes chrétiennes engagées

Mois : mai 2022 Page 1 of 4

A qui le dernier mot ?

Néhémie 13.2 –  Mais notre Dieu changea la malédiction en bénédiction.

Combien d’entre nous sommes fatiguées par le poids de la malédiction ? Des paroles négatives sur nous ou encore des alliances démoniaques contractées en notre nom et à notre insu. Tout cela nous empoisonne l’existence. Pourtant secrètement ou inconsciemment nous avons adopté l’anormal. Fatiguée de lutter et d’espérer ?   

Il ne devrait pas en être ainsi mes sœurs. Nous pouvons sortir de ces spirales destructrices. Le Seigneur Jésus n’est-il pas mort pour cela ? Lui dont la condition était celle de Dieu, s’est dépouillé et a pris la condition d’esclave afin de payer la rançon de nos vies. Dieu se serait-il humilié pour rien ? Galates 3 nous rassure que Christ s’est fait malédiction pour nous afin que nous héritions de la bénédiction d’Abraham.

Tout ira bien. Sois encouragée ! Garde espoir, nourris ta foi et aie confiance en L’Eternel. Il nous aime d’un amour brulant. Tout comme un parent terrestre, Il ne supporte ni la douleur ni la tristesse de son peuple.

L’histoire d’Israël parle d’un roi –celui de Moab- qui avait ordonné à un devin –Balaam- de maudire Israël. Balaam avait essayé trois fois de déclarer des paroles maléfiques sur le peuple de Dieu. Toutes ces tentatives s’étaient soldées par un échec cuisant. La main de Dieu était derrière cet échec. (Il a même fait parler une ânesse afin de réduire à néant le projet de l’ennemi).

Alors qu’Israël était destiné à être maudit, c’est le contraire qui arriva : oui ! Israël a été comblé de précieuses bénédictions ! L’Eternel changea la malédiction en bénédiction.

Le roi de Moab a confessé qu’il était effrayé par ce peuple sorti d’Egypte. Il a même qualifié Israël de peuple puissant couvrant toute la surface de la Terre.

Si l’ennemi et ses agents s’acharnent contre nous, c’est bien parce que nous sommes le peuple que Dieu chérit. Nous sommes le peuple puissant de Dieu. Nous sommes, chacune, la prunelle des yeux de Dieu. L’occultisme et la divination – sous toutes leurs formes – ne peuvent rien contre nous au Nom Jésus-Christ. Amen.

La malédiction n’est pas notre identité. Si celle-ci semble dominer dans nos vies, alors, Dieu qui ne sommeille ni ne dort, est à l’œuvre pour faire justice et restaurer la vérité. Demeurons attentives. La bénédiction est notre partage. Et C’est L’Eternel qui a le dernier mot.

Fannie – Cameroun

Bas les masques !

Job 13:9  S’il vous sonde, vous approuvera-t-il ? Ou le tromperez-vous comme on trompe un homme ?

Oh, quelle bonne nouvelle ! Nous sommes nombreuses à apprécier que les masques ne doivent plus être portés en tous lieux.

Pourtant, détrompons-nous, les masques sont encore bel et bien en place et derrière ceux-ci se cachent l’envie, la jalousie, la convoitise, la méchanceté, ….

Bien évidemment, avec un masque, il est facile de ne pas dévoiler notre véritable personnalité qui reste ainsi « secrète ».

Cependant, si celle-ci est cachée aux yeux des hommes, elle ne l’est pas aux yeux de notre Seigneur. Lui qui voit tout et sonde tout.

Même nos propos peuvent être masqués. Des paroles doucereuses, derrière lesquelles, se cachent un fiel amer et un piège.

Mais pourquoi porter un masque ? Pourquoi faire semblant ? Pourquoi jouer un rôle ?

Pour avoir de la reconnaissance, pour paraître, pour cacher qui l’on est vraiment, pour manipuler les gens, pour avoir une espérance d’être enfin aimée ?

La vie n’est pas un théâtre et les gens qui sont sur notre route ne sont pas des marionnettes. Nous n’avons pas à jouer un rôle. Nous n’avons nul besoin de nous cacher derrière un masque. Certes, nous ne plairons pas à tous, mais qu’importe ! Quelle merveilleuse liberté que de dire vraiment qui nous sommes, de laisser parler notre cœur, oui… de relier la bouche à notre cœur !

Le Seigneur nous aime tel que nous sommes ! Il nous a créées pour être ! Oui, être, tout simplement être ! Et il nous dit : « Je t’aime, si tu savais comme je t’aime ! ».

Acceptons donc enfin d’être celle que Dieu a choisi, d’être peut-être parfois faible, parfois fragile, mais acceptons d’être qui nous sommes vraiment. Renonçons aux faux semblants, enlevons nos masques et en ce jour, louons Dieu de ce qu’il a fait de nous des créatures si merveilleuses !

Il nous est dit que dans les derniers temps, l’amour du plus grand nombre se refroidira. Ne pensez-vous pas que si nous portons le masque décrit ci-avant, notre amour s’est déjà refroidit ?

Si nous faisons ce constat, il est encore temps de revenir aux pieds de la croix, de nous humilier sous la main puissance du Seigneur qui ne manquera pas de nous pardonner et de nous purifier afin que nous marchions véritablement en nouveauté de vie et dans la lumière

Je vous laisse avec ce verset d’Esaïe 60:1  Lève-toi, sois éclairée, car ta lumière arrive, Et la gloire de l’Eternel se lève sur toi.

C’est le temps !

Bonne réflexion.

Corinne – EZ37M

Porte haut l’étendard de la Vérité !

Elle ne se réjouit point de l’injustice, mais elle se réjouit de la vérité; 1 Corinthiens 13.6 LSG

Dans un monde où règne autant d’injustice, de tribulations, de guerres, d’antivaleurs, autant de souffrance et de gémissements, nous pouvons-nous poser la question où est Dieu dans tout cela, existe-il vraiment ? Pourquoi cela ? 

Mes bien-aimées, laissez-moi, vous rassurer que Dieu est présent et n’a rien à voir avec tout cela et qu’Il existe vraiment. C’est Lui le créateur de ce monde, comment n’existerait-Il pas ? 

Quel est cet Homme, qui a la capacité de renouveler le souffle de vie d’un autre ? Quel est cet Homme qui peut lorsque la mort arrive dire à la mort de revenir plus tard sans pourtant le demander à Dieu ? Je cite, en passant, le roi Ezéchias qui lorsqu’il a appris par le prophète Élie qu’il devait mourir a invoqué Dieu, qui finalement lui a accordé 15 ans de plus. 

Je puis vous dire mes bien-aimées, qu’il n’y a personne qui soit comme Dieu, sauf celle qui a accepté de confier sa vie au Seigneur et de se tenir dans la vérité et l’amour. Car à celle-là Dieu se révèle et manifeste sa gloire au travers du fruit du Saint-Esprit. Cela ne veut pas dire que nous sommes des dieux, ce qui d’ailleurs a occasionné la chute de l’homme. Je veux dire par là, que nous revêtons la nature de Christ car nous avions été créées à l’image de Dieu avant la chute. Puis, lors de notre conversion nous sommes redevenues par Christ de nouvelles créatures. 

Alors, pour répondre à nos questionnements, face à ce que le monde subit aujourd’hui, nous devons comprendre que la vérité a tendance à être remplacée par la réalité ; par conséquent l’injustice règne et celui qui en est l’auteur c’est le malin, qui fait régner ses antivaleurs. L’amour du plus grand nombre se refroidit et donc, le mal prend de l’ampleur. Certaines chrétiennes se voilent la face en croyant que notre Dieu n’est plus Puissant, ainsi face à certaines épreuves et oppositions émanant de l’ennemi, elles préfèrent céder à la tentation acceptant ainsi des compromis pour sortir de ses épreuves.

Nous ne pouvons prétendre servir le Seigneur et être dans le faux. Il est plus que temps pour nous de porter haut l’étendard de la vérité, Jésus-Christ, et de l’annoncer à quiconque, c’est à cela que nous sommes appelées. Va avec la force du Seigneur.

Sois bénie.

Grace – Congo

Laisse-toi consoler !

Zacharie 1.13 –  L’Eternel répondit par de bonnes paroles, par des paroles de consolation, à l’ange qui parlait avec moi.

Nous sommes dans ce temps où le peuple est opprimé par le roi de Perse Darius. L’ange de l’Eternel parle au prophète Zacharie, lui donnant des paroles de consolation, et plus loin l’espérance du Messie à venir. Le papa de Jean Baptiste lui aussi s’appelait Zacharie et Dieu permit à Jean-Baptiste d’ouvrir le chemin du Seigneur.

Dans ces périodes d’incertitudes, nous pouvons nous aussi nous sentir opprimées, comme sous le poids de pouvoirs, de lois, d’interdictions qui nous dépassent, et nous avons besoin de cette consolation qui vient de Dieu, et nous avons besoin d’apporter du réconfort autour de nous.

Alors, souvent, nous encourageons, nous amenons des paroles réconfortantes, nous rendons des services, parlons de notre foi.

Mais, souvent, lorsque nous sommes seules, face à nous-mêmes, nous pouvons sentir que nos réservoirs sont vides, et nous devons y prêter attention, car nous devons prendre soin de nous-mêmes en premier, et si le peuple de Dieu est abattu, las, triste, nous devons d’abord nous laisser arroser, bercer, consoler, pour pouvoir apporter le « trop plein », car Jésus nous promet que des sources d’eaux vont jaillir de nous, et souvent, nous voulons faire le contraire, le servir, le servir, alors que nous même avons besoin d’être restaurées, et finalement ce n’est pas l’honorer.

Parce ce que, oui Dieu désire avant tout notre bien=être, notre équilibre, et beaucoup trop d’enseignements nous montrent que nous devons être pauvres, dans la souffrance, ou alors l’inverse extrême, la crainte de Dieu n’est plus là. Demandons grâce d’avoir un équilibre, et soyons honnêtes avec le Seigneur si nous sentons que nous avons besoin de son aide, ne jouons pas les dures ! Sachons aussi Le remercier pour toutes choses qu’Il nous accorde, même petites : le chant des oiseaux, la douceur du vent sur nos épaules, la chaleur du soleil qui brûle les jambes, les fleurs…

Ma prière est que Dieu rallume les feux qui sont en train de s’éteindre, que notre relation avec Lui soit de jour en jour plus profonde, et qu’après nous puissions entretenir ce feu.

Corinne – France

Ai-je un avenir ?

Genèse 50.20 – Vous aviez médité de me faire du mal mais Dieu l’a changé en bien.

Pour certaines d’entre nous, nous ne sommes pas nées sur un tapis de roses. De ce fait, il s’en est suivi de nombreuses souffrances. Un sentiment de rejet ou plusieurs situations de nos vies sont venues continuer cette œuvre de destruction dans nos cœurs.

Ma réflexion de ce matin c’est : qu’en est-il de notre avenir ?

S’il est vrai que parfois l’être humain a participé à faire notre malheur dans un moment de notre histoire, il n’en reste pas moins vrai que pour beaucoup d’entre nous, c’est le simple souvenir de cette souffrance qui nous empêche d’entrer et de vivre notre destinée parce que nous restons captives de notre vécu.

Dieu nous dit dans sa Parole : « Je connais les projets que J’ai formé sur vous, dit l’Éternel, projets de paix et non de malheur, afin de vous donnez un avenir et de l’espérance ».

Dieu ne ment pas !

Si nous revenons à l’histoire de Joseph, il a été maudit, trahi par ses frères qui ont voulu également le tuer, Dieu avait décidé quelque chose pour lui et malgré tous les plans humains et diaboliques, Dieu a conduit Joseph là où il devait être et a fait de lui ce qu’Il voulait qu’il soit.

Si Dieu l’a fait pour Joseph, qui était un être humain comme toi et moi, Il le fera aussi pour toi. Cependant, tout comme Joseph, ne reste pas frustrée par ton passé, saisi la main de Dieu, dépose à ses pieds toutes tes souffrances, arrête de regarder en arrière et avance, le meilleur est devant toi !

Avec toute mon affection !

Corinne – EZ37M

Une voix dans l’obscurité

Psaumes 119:176 « Je suis errant comme une brebis perdue; cherche ton serviteur, Car je n’oublie point tes commandements « 

Matthieu 18:12 « Que vous en semble? Si un homme a cent brebis, et que l’une d’elles s’égare, ne laisse-t-il pas les quatre-vingt-dix-neuf autres sur les montagnes, pour aller chercher celle qui s’est égarée ? »

Il y a quelque jour un DJ , en boîte de nuit , a mit une chanson de Louange, les réactions d’indignation ne se sont pas fait attendre et celui-ci , ainsi que la boîte de nuit ont dû présenter leurs excuses. Ce qui m’étonne c’est que les différentes réactions sont venues non seulement de non-chrétiens mais aussi de chrétiens.

Imaginez la scène suivante, une brebis s’égare, pendant que les autres sont a la bergerie, le propriétaire de celle-ci va mettre tout en œuvre pour retrouver sa brebis égarée. Quelque soit l’endroit où elle se trouve, il mettra les moyens nécessaires pour la récupérer. 

Cette scène est peut être celle de cette boîte de nuit. Une brebis avait peut être besoin d’entendre la voix de Dieu pour retrouver son chemin. Mais encore, cela peut aussi se passer pour une âme perdue criant au secours.

En1969, la chanson « Oh Happy Day », un arrangement gospel provenant d’un hymne du XVIIIème siècle inspiré des Actes des Apôtres, a fait un carton en discothèque et a permis la conversion de plusieurs personnes. Elle n’est pas la seule chanson chrétienne jouée en boîte. Il y a quelques mois, la chanson chrétienne sud-Africaine « Jérusalema » a fait le hit et était même au cœur d’un challenge de dance. 

Comme le dit ce verset de Matthieu 18, repris ci-haut, Dieu va chercher ses brebis égarées. Il ne lésine point sur les moyens pour la ramener à la bergerie. Dans job 33:14, il est dit que « Dieu parle tantôt d’une manière, tantôt d’une autre », c’est à Nous d’être attentif a l’appel ! Et le verset du psaume 119:176 est le cri d’une brebis qui demande de l’aide. Et bien qu’égarée, errante, ou sans maître, je pense qu’une brebis connaît la voix de Dieu, surtout quant elle le cherche de tout son cœur.

Blaise Pascal l’a bien écrit : « Il y a un vide en forme de Dieu dans le cœur de chaque homme qui ne peut être rempli par aucune chose qui ait été créée mais seulement par Dieu, le Créateur, qui s’est fait connaître aux hommes par Jésus.”

Que Dieu vous bénisse et vous garde.

Leyla

Examine tes œuvres

Galates 6 : 4 – Que chacun examine ses propres œuvres, et il aura sujet de se glorifier pour lui seul, et non par rapport à autrui. 

Bien-aimées, notre marche avec le Seigneur, notre relation avec Lui est vraiment personnelle car chaque enfant de Dieu a son identité personnelle qui est définie par ses œuvres tant dans sa vie privée que dans le corps du Christ. De la même manière que nous prenons soin de notre corps pour avoir une bonne santé, nous devons aussi prendre soin de notre relation avec le Seigneur. Il nous arrive parfois de nous sentir malade dans notre corps. Alors nous nous examinons pour mieux comprendre et nous soigner nous-mêmes lorsque cela paraît banal ou d’aller chez le docteur lorsque cela nous dépasse afin de recevoir les soins nécessaires et les soumettre aussi à Dieu qui peut tout. Cela doit aussi être pareil pour notre côté spirituel. Nous devons prendre au sérieux notre vie spirituelle, nous examiner souvent au travers de la Parole de Dieu, de ce que nous recevons comme enseignements, exhortations dans la Parole, de la part de nos leaders, des frères et sœurs dans le Seigneur, pour comprendre ce qui ne va pas, ce qui nous fait clocher. Et lorsque, ce mal qui ronge notre relation avec le Seigneur est détecté, nous devons nous soigner, nous corriger et changer en la bonne image que Dieu veut de nous.

Il s’agit donc de nous dépouiller de nos imperfections, de certains caractères du vieil homme qui continuent de se coller à notre nouvelle identité d’enfants de Dieu. C’est pourquoi nous notons encore au sein de l’Eglise que nous sommes : les colères, les animosités, les mensonges, la médisance, les trahison, la cupidité, l’orgueil, l’injustice, les jugements, la paresse, la haine, l’impureté, la jalousies, les querelles, la rancœur, les combats contre les ministères des autres au sein de l’Eglise, et bien plus.

Dans 1 Cor 5 : 12, l’apôtre Paul nous dit : « Qu’ai-je, en effet, à juger ceux du dehors ?  » Cela montre clairement que c’est dans le corps du Christ, au sein de l’Eglise que cela se passe.
Or, si notre vieil homme a été crucifié avec Christ, c’est pour que nous ne soyons plus esclaves des œuvres de la chair et que nous devons travailler à faire paraître et demeurer les caractères de Christ en nous, d’une part, par une auto discipline car nous devons faire notre part, par obéissance active à la Parole, à tenir pour morte notre chair, renoncer à notre « moi » et ne plus nourrir ses convoitises. Alors nous les verrons sécher en nous voire disparaître complètement, et d’autre part, nous soumettre aussi à l’œuvre du Saint-Esprit qui est celui qui est capable de former en nous les caractères du nouvel homme, ceux de Christ et qui n’a que pour source l’Amour. Oui l’amour envers Dieu et envers notre prochain, en portant en toute humilité, le manteau de serviteur. 

Examinons-nous nous-mêmes, soumettons-nous à l’œuvre du Saint-Esprit, prenons des décisions dignes, persévérons dans la foi. C’est alors que nous aurons sujet de nous glorifier pour nous-mêmes et dire comme Paul :  » J’ai combattu le bon combat… »

Christiane – Bénin

Avec qui es-tu associée ?

2 Chroniques 20.35 à 37 : Après cela, Josaphat, roi de Juda, s’associa avec le roi d’Israël, Achazia, dont la conduite était impie. Il s’associa avec lui pour construire des navires destinés à aller à Tarsis, et ils firent les navires à Etsjon-Guéber. Alors Eliézer, fils de Dodava, de Maréscha, prophétisa contre Josaphat, et dit : « Parce que tu t’es associé avec Achazia, l’Éternel détruit ton œuvre ». Et les navires furent brisés, et ne purent aller à Tarsis

Il est triste de constater que nous ne faisons pas attention aux alliances que nous contractons. Cela peut être dans le cadre du mariage, d’un partenariat d’entreprise, d’association avec un groupe… et nous constatons par ailleurs que dans le ministère, nombreux sont ceux qui sont prêts à donner la main d’association avec des personnes qui  leur permettront d’avoir une « place pour prêcher » ou qui pourront leur permettre d’avoir « la renommée »,  ou d’avoir de l’argent et ce, sans consulter l’Éternel.

Au premier abord, cette alliance peut sembler une bonne chose mais comme elle est contractée sans la volonté de Dieu, elle est vouée à l’échec comme dans nos versets du jour.

Toute  association n’est pas de Dieu et ce, même pour le « service de Dieu ».Josaphat a subi les conséquences de cette mauvaise association. En effet, le prophète Éliézer lui dira : « l’Éternel détruit ton œuvre ». Cette Parole est forte, vous ne trouvez pas ? Dans tous les cas, elle l’est suffisamment, à mon avis, pour réfléchir et surtout attendre l’avis de Dieu avant de donner la main d’association à une personne et ce, même si ce qui nous est présenté est alléchant et semble venir de Dieu.

Ne mettons pas Dieu dans nos projets mais laissons Dieu conduire nos projets et nos vies.

Que le Seigneur conduise chacun de vos pas.

Bonne réflexion.

Corinne – EZ37M

L’instant Sophie

L’importance d’une communauté

Ecclésiaste 4.9 – Deux valent mieux qu’un, parce qu’ils retirent un bon salaire de leur travail.

A la lecture de ce passage des écritures, il nous faut des personnes à nos côtés qui nous rappellent de temps en temps de rester accrochées à la foi, à l’espoir que nous confessons, des personnes qui nous soutiennent, qui prient pour nous et vice versa. 

J’ai entendu des personnes me dire qu’elles ne vont plus dans l’une ou l’autre communauté car elles ont été blessées par les membres ou par le leader, mais il faut savoir que Dieu nous a créées pour vivre ensemble. Nous ne pouvons pas prétendre faire le travail de Dieu seule. Il est fait d’ailleurs référence de l’Eglise comme un corps dont les membres travaillent ensemble. 

Nous sommes tous humains. Le pardon fait partie du cheminement que l’on fait sur cette terre, car aucun de nous ne peut se prétendre parfait. C’est vrai que dans le meilleur des mondes ne pas blesser ou être blessée serait idéal , mais cela serait un mode utopique quand on parle d’êtres humains. 

La bible nous exhorte en Hébreux 10.24-25 de veuillez les uns sur les autres, pour nous encourager mutuellement à l’amour et à la pratique du bien. Et de ne pas prendre, comme certains, l’habitude de délaisser nos réunions. Au contraire, encourageons-nous mutuellement, et cela d’autant plus que vous voyez se rapprocher le jour du Seigneur.

Donc mes sœurs, sachons que tant que les structures sont dirigées par les hommes la perfection ne pourra pas être atteinte. nous sommes une famille et aucune famille n’est parfaite. Regardons à Jésus, car c’est Lui en vérité que nous servons. Apprenons à pardonner et ne pas toujours nous retirer d’une communauté dès que nous nous sentons offensées. Quelquefois cela s’impose , mais laissons nous toujours conduire par l’Esprit Saint avant de prendre une décision. Car Dieu sait exactement de quoi nous avons besoin , où nous en avons besoin et quand nous en avons besoin. Laissons le conduire nos choix et pour cela apprenons à Lui apporter nos problèmes et faisons silence pour entendre sa voix et pour nous laisser guider par Lui, après tout n’est il pas notre Berger ? 

Que Dieux vous bénisse et vous garde. 

Leyla – Kinshasa 

Page 1 of 4

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén

fr French
X
AILES

GRATUIT
VOIR