Mois : avril 2022 Page 1 of 3

Se reposer sur sa Parole

Jean 14.1 : Jésus dit : Que votre cœur ne se trouble pas. Ayez foi en Dieu : ayez aussi foi en moi.

Les disciples étaient dans une grande confusion lorsque Jésus leur annonce son prochain départ lors de leur dernier repas commun, il connaissait la décision que Judas avait prise et savait que sa mort était proche. Il essaye de rassurer ses amis leur promettant de leur préparer une place auprès de lui, là où il irait, mais ceux-ci étaient encore plus angoissés.

Les disciples de Jean Baptiste étaient eux aussi dans une grande confusion lorsqu’ils étaient allés trouver Jésus, leur maître étant en prison et se posait des questions à savoir si Jésus était vraiment le Messie. C’est comme s’il ne se souvenait plus, ou qu’il doutait de sa mission qui était d’aplanir le chemin et d’annoncer celui qui devait venir.

Jésus va leur répondre de témoigner à Jean de tous les miracles qui se produisaient et il rajoute : heureux celui qui ne perdra pas la foi à cause de moi ! (Matthieu 11 5 et 6). Curieuse réponse, les disciples de Jésus étaient eux-mêmes entrain de douter, et combien de fois pouvons-nous nous poser des questions, impression de ne plus être dans la faveur de Dieu, qu’il s’est absenté, qu’il ne nous entend plus, que nous avons besoin de revoir notre façon de le percevoir. Oui, parce que nous avons des combats encore à faire pour arriver à vivre cette espérance, l’ennemi voulant nous faire douter, alors que Jésus veut nous rassurer.

Jésus sait que nous sommes des êtres avec des sens et des émotions, et c’est vrai qu’il nous fait cette grâce de pouvoir « sentir sa présence », mais pas toujours, c’est pourquoi il nous laisse des paroles sur lesquelles nous pouvons compter. Que ton cœur ne se trouble pas est une de ces paroles qui nous assurent sa paix quelque soit ton avenir, puisque que là il s’agissait bien de ce que les disciples allaient devenir.

Et c’est bien souvent ce genre de question du lendemain qui nous turlupinent, ou des solutions que nous cherchons pour telle ou telle situation. Et cela peut tourner en boucle dans notre tête, augmentant notre inquiétude, alors sachons dire stop et remplacer toutes ces tentations par : que mon cœur ne se trouble pas, sachons vivre le moment présent, et être reconnaissantes pour toutes choses qu’il a déjà faites en nous, qu’il fait en ce moment même, car oui il est avec nous tous les jours, c’est sa promesse.

Corinne – France

Silence

Esaïe 53.7 « Il a été maltraité et opprimé, Et il n’a point ouvert la bouche, Semblable à un agneau qu’on mène à la boucherie, A une brebis muette devant ceux qui la tondent; Il n’a point ouvert la bouche ».

Dans ce verset, à trois reprises il nous est parlé du silence : « n’a point ouvert la bouche » ; « brebis muette » et « n’a point ouvert la bouche ». C’est dire l’importance du silence dans certaines situations.

Un vieux proverbe d’origine orientale dit que le silence est d’or et la parole d’argent. Le silence nous empêche de nous laisser aller à nos émotions. Bien souvent, nous faisons face à des situations difficiles à cause de nos frères, nos sœurs, notre famille, nos collègues de travail, … . Des paroles blessantes, des accusations sans fondements nous sont adressées sur un ton le plus souvent agressif voire violent. Notre première réaction sera de répondre afin de nous défendre, afin de réfuter les dires car ses propos nous font si mal, ils sont comme des poignards en plein cœur. A nous aussi d’emprunter ce ton agressif et violent car nos émotions ont pris le dessus.

La parole de Dieu déclare dans Jacques 1.19-20  » Sachez-le, mes frères bien-aimés. Ainsi, que tout homme soit prompt à écouter, lent à parler, lent à se mettre en colère, car la colère de l’homme n’accomplit pas la justice de Dieu ». La parole de Dieu est claire « la colère de l’homme n’accomplit pas la justice de Dieu ». A nous de nous maîtriser sachant que la maîtrise de soi est un fruit de l’Esprit (Galates 5.22) de Dieu qui habite en nous et donc nous le possédons. A nous de l’exercer et de le cultiver.

Face à la persécution, aux fausses accusations, aux personnes violentes, … il est bon de garder le silence.

Jésus devant Pilate n’a pas répondu aux accusations des principaux sacrificateurs (Matthieu 27.12). Pourquoi ? Jésus n’a pas répondu car Il connaît son Père et sait qu’il est bon d’attendre dans le silence le secours de l’Eternel » (Lamentations 3.26).

Nous aussi, face aux accusations, adoptons le comportement de Jésus qui est notre modèle, notre exemple. Jésus est le chemin, la vérité et la vie (Jean 14.6 ) donc, le chemin que nous devons suivre. Ce chemin de brisement, de façonnement.

Je laisse sur notre cœur ce verset : quelles que soient les situations que nous traversons, prenons soin de veiller sur notre bouche et sur notre langue. Proverbes 21.23  » Celui qui veille sur sa bouche et sur sa langue préserve son âme des angoisses ».

Préservons nos âmes des angoisses, veillons sur notre bouche et notre langue.

Soyez richement bénie.

Sabrina – Guadeloupe

L’instant Sophie

L’instant Dominique

Dieu vous bénisse.

La fabrique de chef-d’œuvre 2

« Quand je n’étais qu’une masse informe, tes yeux me voyaient ; et sur ton livre étaient tous inscrits les jours qui m’étaient destinés, avant qu’aucun d’eux existât » (Psaumes 139.16).

Rappelez-vous, il y a quelques jours, nous parlions de la fabrique du chef d’œuvre, pourquoi ne pas continuer aujourd’hui ?

Figurez-vous que Dieu a pris soin de faire chaque homme/femme avec le même soin. Mais Adam a fait entrer le péché dans le monde et fort heureusement pour nous, Dieu, dans son infinie bonté, avait déjà un plan pour nous racheter.

Ainsi Dieu dit a Ève dans Genèse 3.15 : « Et je mettrai inimitié entre toi et la femme, et entre ta semence et la semence de la femme ; cette [semence] te brisera la tête, et tu lui briseras le talon ». Et donc quel était le plan de Dieu ? Dans Jean 3.16, il est dit : « Oui, Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils, son unique, pour que tous ceux qui placent leur confiance en lui échappent à la perdition et qu’ils aient la vie éternelle ».

Donc après nous avoir fait, il a décidé de nous laisser notre libre arbitre, celui de choisir entre la mort/le péché, ou la vie/placer sa confiance en Lui.

Quand nous choisissons la vie :

– Il nous adopte (Ephésiens 1.5), en d’autres termes Psaumes 27.10 dit : « Si mon père et ma mère devaient m’abandonner, l’Eternel me recueillerait ».
– Nous devenons enfants de Dieu, Jean 1.12 dit : « Certains pourtant l’ont accueilli ; ils ont cru en lui. A tous ceux-là, il a accordé le privilège de devenir enfants de Dieu ».
– Dieu nous pardonne (Psaumes 32.1), quoi que nous ayons pu faire par le passé, Dieu l’efface et l’oublie. Esaïe 43.25 dit : « C’est moi, moi qui efface tes transgressions pour l’amour de moi, et je ne me souviendrai plus de tes péchés ».
– Dieu nous justifie (Romains 5.16), ce qui veut dire que notre casier est vierge, Jésus a pris nos transgressions et a subi le châtiment à notre place.
– Dieu nous lave (Psaumes 51.7) , donc tout ce qui nous rendait sale/indigne à nos yeux ou encore aux yeux du monde, Il l’a enlevé et nous a donné de nouveau vêtements.
– Nous sommes réconciliées avec Dieu (Romains 5.10), il a oublié nos péchés et nous voit aujourd’hui au travers du sacrifice de son Fils.
– Nous sommes précieux à ses yeux (Esaïe 43.4), ce qui veut dire qu’Il ne nous laisse jamais tomber, quoi qui puisse arriver dans nos vies, Il est notre abri, notre bouclier, notre puissant soutien…
– il nous appelle par notre nom (Esaïe 43.1), avez-vous remarqué comment dans la Bible, certains personnages ont eu leur nom changé (Abram, Jacob, Pierre…) parce que leur nom ne collait pas à l’identité que Dieu leur avait donnée ? Dieu fait la même chose avec nous. Il enlève toutes ces étiquettes et nous dit : « Moi je te connais, chemine avec moi et je vais te montrer à quoi je t’ai destiné ».
– Nous sommes baptisées en Christ (Romains 6.4). En d’autres termes, l’ancien nous est mort et nous sommes une nouvelle créature.
– Nous sommes cachées en Lui (Psaumes 32.7), ce qui veut dire qu’Il nous accorde sa protection.
– Cette liste est bien longue, nous n’avons fait que l’effleurer.

Bref, une nouvelle vie s’offre à nous,
– Nous devenons enfants de Dieu, nous devenons cohéritières avec Christ (Ephésiens 1.11)
N’est-ce pas merveilleux ?

Quand nous acceptons de faire partie de sa famille, quand nous acceptons Christ comme Sauveur et Seigneur, Dieu nous établit comme son enfant et comme le dit 2 Corinthiens 1. 22 : « Et c’est encore Dieu qui nous a marquées de son sceau, comme sa propriété, et qui a mis dans notre cœur son Esprit comme acompte des biens à venir ».

Rappelez-vous le verset cité ci haut ! Notre futur est le passé de Dieu ! Dieu connait chaque petit détail de nos vies et pas que ce moment que nous allons passer sur cette terre, mais aussi cette éternité dans sa gloire.

Voyez-vous, Dieu nous a aimé le premier, et Il espère que nous répondions de la même façon à cet acte d’amour (1 jean 4.19). Et quand nous décidons de le faire, Il commence par agir en nous afin de débloquer tous les trésors qu’Il a mis en nous quand Il nous a créées.

N’oubliez pas de vous dire en vous réveillant chaque matin : « Je suis une créature merveilleuse, Père, quelle est ma leçon aujourd’hui et que puis-je accomplir pour toi » ?

Que Dieu vous bénisse et vous garde.

Leyla – RDC

Halte ! Garde ton cœur !

Luc 22.3 – C’est alors que Satan entra dans le cœur de Judas surnommé Iscariot, l’un des Douze.

Satan rôde autour de nous comme un lion rugissant cherchant qui il pourra dévorer. S’il ne cherche pas à te détruire, il cherchera à te séduire afin de t’utiliser pour participer à l’accomplissement de ses désirs malsains.

Jésus lors de son parcours sur terre a eu des compagnons, les disciples. Ceux-ci étaient avec lui durant tout son ministère. Quelle grâce d’avoir été choisis et de marcher à côté du fils de Dieu. Pourtant cette proximité n’a pas empêché satan de rentrer dans le cœur Judas et de s’en emparer. Si nous lisons ce chapitre de l’histoire, nous comprenons que satan connaît aussi nos faiblesses ; donc, il s’en servira pour nous faire chuter.

La chair est faible, oui, mais le Saint-Esprit est là pour combler nos faiblesses. Seulement, le Saint-Esprit ne fera jamais rien sans nous. Il prendra ce qui est de Jésus il nous l’enseignera et ce sera à nous de le mettre en pratique. 

Tout comme Juda, Jésus aussi a été tenté mais il n’a pas choisi de céder à la tentation, il a mis en pratique la parole, il a dit au bon moment les paroles appropriées à satan, qui finalement s’est éloigné de lui.  Ce ne fut pas une seule tentative mais plusieurs ; cependant face à la résistance de Jésus il n’a pas eu d’autre choix que de fuir. 

Bien-aimées, ce n’est pas gagné d’être à côté de Jésus, ce n’est pas gagné de marcher avec lui. Satan n’aura pas peur de toi parce que tu marches avec Jésus mais il fuira loin de toi si tu te soumets complètement à Dieu et lui obéit, si ton cœur est tout à Dieu, si tu produits le fruit de l’Esprit. Satan n’a rien à perdre à être persévérant car son but c’est de nous faire désobéir, c’est pourquoi il multipliera les tentatives et changera de stratégie. Nous aussi, nous avons plusieurs balles appropriées à chacune de ses ruses ; utilisons-les. L’amour nous aidera à ne pas vouloir faire du mal à notre prochain, la joie nous donnera de nous réjouir de ce que nous avons, la paix gardera nos pensées en Jésus-Christ, la patience nous aidera à attendre sans nous détourner du rémunérateur, la bonté nous fera poser les bons actes que le Seigneur avait déjà préparés, la bienveillance nous conduira à être clémente à pardonner ; par la fidélité nous resterons conforme à Jésus ; la douceur nous gardera loin de la fureur, la tempérance nous fera éviter de perdre le contrôle. Toutes ces choses nous garderons de la cupidité et de la convoitise qui ont conduit Juda à trahir son maître pour finalement mourir d’une mort que le diable lui avait réservée. Bien-aimé(e)garde ton cœur car c’est en croyant du cœur que l’on est justifié, qu’on obtient la vie éternelle et qu’on est bénéficiaire de la victoire du Christ.

Grace – Congo Brazzaville

Pourquoi prier ensemble ?

« Josué fit ce que lui avait dit Moïse, pour combattre Amalek. Et Moïse, Aaron et Hur montèrent au sommet de la colline. Lorsque Moïse élevait sa main, Israël était le plus fort; et lorsqu’il baissait sa main, Amalek était le plus fort. Les mains de Moïse étant fatiguées, ils prirent une pierre qu’ils placèrent sous lui, et il s’assit dessus. Aaron et Hur soutenaient ses mains, l’un d’un côté, l’autre de l’autre; et ses mains restèrent fermes jusqu’au coucher du soleil. » Exode 17 : 10-12

Telle est la puissance de la prière d’un peuple entier : Josué se bat pendant que Moïse intercède et Hur et Aaron tiennent ses bras. Quel travail d’équipe ! Et on peut constater que lorsque Moïse faiblissait dans son intercession, Josué perdait. C’est là toute la réalité de l’intercession, sa force. Rien n’est vain en prière, même si nos yeux ne le voient pas.Prier c’est aussi comme tenir les bras de Moïse. C’est ensemble que les forces sont multipliées.« Vous poursuivrez vos ennemis, et ils tomberont devant vous par l’épée. Cinq d’entre vous en poursuivront cent, et cent d’entre vous en poursuivront dix mille, et vos ennemis tomberont devant vous par l’épée. » Lévitique 26 : 7-8

Réalise que ta prière, associée à celle de ton frère, de ta sœur, de ta communauté, prend une force démultipliée, alors ne lâche rien, crois dans cette puissance, pour que la gloire de Dieu jaillisse et que les victoires soient remportées dans les cieux !

Cornélia – France

L’instant Sylvie

Soyez bénie.

Quelle est ma priorité ?

Luc 8.20 – On lui dit: Ta mère et tes frères sont dehors, et ils désirent te voir. Mais il répondit: Ma mère et mes frères, ce sont ceux qui écoutent la parole de Dieu, et qui la mettent en pratique.

Dans le contexte, Jésus était entouré d’une foule, prêchant la bonne nouvelle, et certainement que sa famille ne pouvait pas arriver jusqu’à lui, c’est pourquoi on le prévient. Mais sa réponse est surprenante, et peut même paraître méchante, parce ce que certainement Jésus aimait sa mère, ses frères et ses sœurs, mais ce n’était pas le bon moment ! Il  ne mettait pas sa famille en priorité, comme nous des fois, on lâche tout quand un de nos enfants nous appelle, ou nos parents, même en réunion de prières !

Alors, je me suis posée la question de savoir pourquoi Jésus a dit de telles paroles, puisqu’il dit toujours des paroles de sagesse, pour nous sécuriser souvent. Et, je me suis aperçue que oui, notre famille, surtout si elle n’est pas chrétienne, n’est pas forcément stable dans ses sentiments envers nous, en tout cas pas tous. Et il y a souvent des blessures qui ont besoin d’être guéries, avant la réconciliation, c’est comme mettre la charrue avant les bœufs. Ce que veut dire Jésus c’est que ses enseignements sont plus importants, car ils nous montrent les points faibles à travailler.

Lorsqu’on est à ses pieds, nous ne devons pas nous laisser distraire, interrompre ce qu’il est entrain de nous dire, sous peine, de passer à côté de l’essentiel. Et lui livrer notre cœur, nos difficultés avec notre famille, qui est quand même la base de ce que Dieu a instauré, et souvent nous fonçons, avec de bonnes intentions, oui, mais nous ne pensons pas que le passé a pu blesser aussi les autres, et que de parler de certaines choses quand ce n’est pas le moment peut être pire. Laissons Jésus travailler le cœur de nos familles et attendons son feu vert pour aborder certains points critiques encore non réglés pour une totale réconciliation, et pensons aussi que nous ne devons pas penser à la place des autres, parce ce que leur ressenti peut être le contraire de ce que nous pensons nous, de la manière dont ils perçoivent les choses.

Corinne – France

La fabrique du Chef-d’œuvre

Psaume 139 :13-16 – Tu m’as fait ce que je suis, et tu m’as tissé dans le ventre de ma mère. Je te loue d’avoir fait de moi une créature aussi merveilleuse, et je le reconnais bien. Mon corps n’était pas caché a tes yeux quand, dans le secret, je fus façonné et tisse comme dans les profondeurs de la terre. Je n’étais alors qu’une masse informe, mais tu me voyais et, dans ton registre, se trouvaient inscrits tous les jours que tu m’avais destiné alors qu’aucun deux n’existaient encore.

Je nous invite aujourd’hui à décortiquer ces quelques versets du Psaume 119. Pourquoi ? simplement parce qu’il est impossible d’aimer les autres si ne nous aimons pas nous même. Simplement parce nous laissons le regard des autres nous forger alors qu’ils ne savent rien de nous. Simplement parce que nous avons besoin nous-même de savoir qui nous sommes. Qui d’autre que notre Créateur peut répondre à ces questions ?

1 Tu m’as tissé dans le ventre de ma mère, certaines versions disent tu as tissé mes reins. Le mot reins apparait une trentaine de fois dans la Bible, mais seulement 10 fois au sens figuré. Si vous lisez le Lévitique, on vous en parle souvent dans le code des sacrifices, on arrive aux reins, pendant la découpe des animaux, qu’en dernier. Donc les reins symbolisent l’être intime de l’homme, siège des émotions, des joies, des douleurs, des passions.

Jérémie 1.5 dit : « Avant que je t’eusse formé dans le ventre de ta mère, je te connaissais … »

Le tissage est un art fastidieux, qui prend du temps. Un art qui demande de la planification. On ne tisse pas un tapis comme l’on tisserait un foulard, ou encore une étoffe destinée à faire un vêtement. Cela veut dire que Dieu a pris tout son temps pour faire de nous qui l’on est, qui l’on sera, à quoi il nous a destinés.

Dieu nous a formés avec tous les paramètres dont nous aurions besoin. Là où il va nous placer, avec la passion que nous dédions à un sujet ou à un autre et qui nous fait réagir, avec les dons qu’il a mis en nous…

  1. Mon corps n’était pas caché à tes yeux.

Cela veut dire que Dieu sait très bien quel physique nous avons, la couleur de nos cheveux, notre voix, toutes les épreuves de vie, les circonstances qui nous ont façonnés. Rappelez-vous David, quand Goliath l’a vu, son apparence l’a emmené à le mépriser, à le sous-estimer, et donc il a baissé sa garde. Notre apparence suscite une réaction chez les personnes qui nous voient. D’ailleurs, l’on est prompt à sa faire une opinion rien qu’au premier regard que l’on jette à une personne, ou encore rien qu’en entendant sa voix au téléphone. On essaie d’imaginer la personne, et le plus souvent d’ailleurs, notre imagination va à l’opposé de qui la personne est réellement. Je me rappelle une fois avoir entendu Joyce Meyer dire lors d’une de ses prédications, qu’elle trouvait qu’elle avait une grosse voix pour une femme. Mais elle a réalisé, alors qu’elle entrait dans le plan de Dieu et commençait à prêcher, que si elle avait eu une petite voix, cela lui aurait donné moins de poids à ce qu’elle enseignait.

  1. Je n’étais qu’une masse informe, … tous les jours que tu m’avais destiné alors qu’aucun d’eux n’existaient encore.

Ce qui veut dire que Dieu sait exactement ce que nous vivons chaque jour. Avec lui rien n’est perdu, toutes les expériences que l’on vit à chaque minute, Dieu les utilisent pour nous former. Il sait pourquoi nous sommes nés à une période précise, pourquoi il nous a placés dans la famille dont nous faisons partie, ou encore dans le pays que nous habitons.

Prenons l’exemple de Joseph : il a eu des visions, qui ont amené ses frères à le haïr, l’amour que son Père lui portait aussi a contribué à creuser le fossé entre ceux-ci et lui. Donc, ils l’ont vendu aux Madianites connus pour être de grands commerçants. Le trajet à l’époque se faisait à dos de chameaux ou de chevaux. Joseph a surement appris de ces gens comment tenir ses finances. De là, il est vendu à Potiphar où il apprend la gestion d’un domaine, puis la femme de celui-ci le trouve beau et cela cause problème, il est donc accusé faussement et mit en prison, mais pas n’importe laquelle, celle où l’on met les fonctionnaires du palais, et voilà que Joseph apprend ce qui se passe en coulisse dans le palais. Et enfin, le voilà promu second après Pharaon. Joseph était né pour ce moment-là ! Ses capacités à apprendre, son physique… ont contribué à le faire passer par plusieurs vallées, mais aussi à le porter vers le temps T, celui où tout son parcours prend son sens, servir à la gloire de Dieu

2 cor 4.7 dit : « Nous portons ce trésor dans des vases d’argile (de terre), afin que cette grande puissance soit attribué à Dieu, et non pas à nous. »

Le verset cité comme référence commence par ce que je considèrerais comme la conclusion :  » Tu m’as fait ce que je suis ». Dieu a pris son temps et tout son amour pour nous faire. Et là où nous nous posons des questions sur notre physique, nos dons, nos passions, notre parcours, lui il nous connait parfaitement.

Prions aujourd’hui de ne pas développer de rancœurs tout au long de notre parcours, de nous voir avec les yeux de Dieu et pas ceux du monde afin qu’aucun complexe ne vienne freiner notre route, et surtout d’apprendre chaque jour de notre parcours, de laisser Dieu nous façonner, nous tisser tout au long car après tout qui mieux que lui sait à quoi nous sommes destinées.

Et à chaque nouveau jour, je veux dire : « Seigneur je te loue que je suis une créature aussi merveilleuse et je veux le reconnaitre. Quelle est donc ma leçon du jour Père ? »

Que Dieu vous bénisse et vous garde.

Leyla – RDC

Page 1 of 3

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén

fr French
X
AILES

GRATUIT
VOIR